Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

GENRE> Les femmes dans les chantiers de construction

Elles sont aussi bien capables de transporter de lourds matériaux que les hommes

 

marin2C’est un métier que beaucoup  considèrent comme étant exclussivement réservé aux hommes. Mais il est aussi aujourd’hui exercé par les femmes . Elles peuvent transporter des kilos et des kilos de sacs de sable, de gravier et d’autres matériaux de construction dépassant 20 ou 25 kilos chacun. Les femmes dans les chantiers de Gahahe font tout pour subvenir aux besoins de leurs familles. Un passage sur certains chantiers nous en  a dit plus. 

 

Le quartier Gahahe est situé dans la commune Mutimbuzi en province de Bujumbura. Les femmes rurales  de cette localité s’occupent autant qu’elles le peuvent dans diverses activités dont le commerce, le travail de manœuvre, l’agriculture, etc. comme ladite localité vient d’être  nouvellement attribuée comme quartier  résidentiel, les chantiers de construction  montent du jour en jour. Ces femmes rurales en profitent dans le transport du sable et du gravier. Ceux qui font ce genre de travail se surnomment les «  marines ». Cela parce que le sable et le gravier qu’ils transportent proviennent de la rivière qui est tout près, la rivière Gasenyi séparant les quartiers Gatunguru et Gahahe. Les fortes pluies qui s’abattent sur cette localité entraînent non seulement des inondations mais aussi du sable et du gravier que ces « marines » extraient  pour désengorger la rivière. Cela est fait légalement avec la permission des instances habilitées. Au petit matin, à la commande de leurs chefs, elles se rangent en fils dans le transport du sable, gravier, planches, etc., une derrière l’autre, à longueur de journée, selon les commandes de ceux qui construisent, ces femmes approvisionnent ces chantiers. Un seul sac de sable transporté par exemple peut leur apporter 200 FBu. Des prix de transport qui varient selon les matériaux car le gravier devient plus cher par rapport au sable et peut atteindre 500 FBu par sac.  Comme ils achètent le sable par benne, donc 90 sacs, 5 marines peuvent transporter chacune 18 sacs, ce qui lui rapportera  3 600 FBu. Une somme qui monte selon le nombre de sacs qu’elles peuvent transporter par jour. Mais ces femmes se plaignent. Certes certains hommes ne veulent pas les comprendre et les considèrent comme des imposteurs. Mais elles se heurtent au problème d’éducation de leurs enfants. Ces derniers errent toute la journée. Les plus âgés gardent les petits en l’absence de leur mère. Cela est une entrave à leur éducation. En plus, à un certain moment quand elles sont enceintes, elles doivent suspendre les activités qui leur exigent plus d’effort.   

Blandine Niyongere

Ouvrir