Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

AJAMAP-BURUNDI > Commercialisation des produits artisanaux fabriqués au Burundi

Elle est en arrière par rapport aux autres pays de l’EAC

 

IMG 644Au Burundi, la commercialisation des produits artisanaux est un peu en arrière si l’on compare avec les autres pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est. Cela a été affirmé par le président de l’Association des jeunes artistes maquettistes et plasticiens du Burundi (Ajamap- Burundi), Aaron Hatungimana, le lundi 7 octobre 2019. 

 

Alors que du 4 au 16 octobre 2019, au Palais des Arts et de la culture de Bujumbura, cette association a organisé une deuxième exposition des produits fabriqués au Burundi, M. Hatungimana ne passe pas par les quatre chemins en affirmant que les artistes du Kenya, de l’Ouganda et de la Tanzanie sont très avancés par rapport aux Burundais. 

Une lueur d’espoir malgré la persistance de certaines difficultés

Parmi les grandes difficultés auxquelles se heurtent les artistes burundais figurent le fait que les Burundais eux-mêmes ne consomment pas les produits fabriqués par les nationaux  au détriment de ceux provenant de l’étranger.Comme indiqué, l’autre défi est relatif à l’importation des matières premières utilisées par les artisanats burundais. « Les matières premières qu’utilisent les artistes burundais proviennent généralement de l’étranger. Elles sont si chères qu’ils ne parviennent pas à s’en procurer à cause de la précarité financière », a-t-il expliqué.Malgré tous ces défis, M. Hatungimana remercie très vivement la plateforme dénommée «e-commerce» d’avoir pensé à la commercialisation des produits des artisanats burundais. « Ces produits sont publiés sur les réseaux sociaux pour que n’importe qui dans le monde puisse les découvrir et s’en procurer facilement ». Concernant le défi relatif à l’importation, Aaron  Hatungima  a indiqué  que  l’Ajamap-Burundi approchera très prochainement le ministère de la Culture et des sports afin qu’il puisse accorder une exonération des matières premières utilisées dans le domaine artisanal.Il importe de rappeler que  dans cette exposition, sur les 150 stands qui étaient prévus, seuls 95 ont été occupés. La raison est que les artistes des provinces éloignées de la capitale Bujumbura ont manqué de moyens de déplacement.                                                                           

Moïse Nkurunziza

Ouvrir