Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SANTE MENTALE> Etat des lieux au Burundi

Plus de 60 % des cas semblent manifester une difficulté psychologique

 

DSC06740Les troubles mentaux et du comportement constituent un problème de santé publique  et sont réels. La lutte contre ces troubles mentaux  doit passer par la prévention et le contrôle des facteurs de risque. 

 

Le Burundi se joint au monde entier pour célébrer la Journée mondiale dédiée à la santé mentale le 10 octobre de chaque année. Dans son exposé lors de l’atelier média organisé par le ministère en charge de la santé publique le 8 octobre 2019, le directeur du Programme national intégré de lutte contre les maladies chroniques non transmissibles, Etienne Niyonzima, a montré l’état des lieux de la santé mentale au Burundi.Dr Niyonzima a présenté, selon l’enquête sanitaire de 2010 et 2015,  19 575 cas d’épilepsie et 2 500 cas de troubles mentaux ont été rapportés. De 2015 à 2017, 22 808 cas psychiatriques ont été enregistrés  dans le centre neuropsychiatrique de Kamenge, le centre de soins mentaux de Gitega et le centre neuropsychiatrique de Ngozi. Selon l’enquête réalisée à Ngozi, Gitega, dans la municipalité de Bujumbura et à Rumonge sur trois mille (3 000) ménages, 64,5% des cas semblent manifester une difficulté psychologique et 47,5% cas connaissent probablement un épisode de trouble plus sévère, a-t-il dit.Les causes des troubles mentaux et du comportement sont diversifiées. Dr Niyonzima a cité en l’occurrence la malnutrition, la pauvreté, les crises sociopolitiques, la perte de biens et des personnes chères, la guerre, les catastrophes, etc.Dans la lutte contre les troubles mentaux et leurs facteurs de risques, Dr Niyonzima a fait savoir qu’il  y a une politique nationale quinquennale de santé mentale de 2016-2020. Des directives d’intégration de la santé mentale  dans le système de santé ont  été mises en place. Il y a également une formation en cours d’emploi des médecins généralistes et infirmiers, ainsi que des techniciens pour la promotion de la santé et agents de santé communautaire sur la santé mentale, a-t-il dit. En plus, il  y a la création des services de prise en charge des troubles mentaux dans les hôpitaux de Buye, Kiremba, Muyinga et Gihofi, a-t-il précisé.

Martin Karabagega

Ouvrir