Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

THERAPIE FAMILIALE> Son importance

Un remède de l’échec scolaire

 

DSC 1275L’échec scolaire est dû à plusieurs facteurs  parmi lesquels il y a les conflits familiaux. Ces derniers ont une influence sur les résultats scolaires de l’enfant.  Une thérapie familiale s’avère nécessaire pour résoudre ces problèmes et  remédier par conséquent à l’échec scolaire. Tels sont les propos d’Alexis Ndayizigiye, un psycho-éducateur.  

 

La thérapie familiale est une approche thérapeutique qui cherche à traiter les conflits familiaux qui, souvent, s’expriment dans la souffrance psychologique d’un ou plusieurs de ses membres.  M. Ndayizigiye a souligné que les conflits familiaux peuvent influencer ou perturber la vie des membres de la famille dont les résultats scolaires de l’enfant.  Selon notre interlocuteur, la thérapie familiale oriente la façon dont les membres de la famille organisent les activités familiales de telle sorte que les  activités de l’un ne peuvent pas nuire à celles de l’autre.  En ce qui est de l’échec scolaire, il a dit qu’il peut prendre origine dans les dysfonctionnements au sein de la famille. Car, les problèmes de la maison accompagnent l’enfant quand il est à l’école. Et face à cette situation, l’enfant continue à réfléchir aux problèmes laissés à la maison au moment où ses camarades sont en train d’assimiler la matière. Notre source a souligné que lorsque les membres de la famille font une thérapie familiale, ils résolvent à temps les problèmes qui peuvent nuire à l’apprentissage de l’enfant. Car, l’enfant suit de près la situation de la maison, c'est-à-dire les conflits qui existent. Aussi, il a signalé que lorsque l’enfant voit qu’il est impliqué dans la résolution des confits familiaux, il aperçoit qu’il a un rôle à jouer dans la bonne marche de sa famille. C’est pourquoi il va faire tout son possible pour réussir en classe afin de contribuer dans le bien-être de sa famille. Dans le cas contraire, c'est-à-dire dans une famille où il y a toujours des querelles sans le courage de les résoudre, l’enfant peut refuser d’étudier dans l’objectif de punir un de ses parents qu’il croit injuste envers les autres membres de la famille.     

Toutes les familles ont besoin de la thérapie familiale

Pour M. Ndayizigiye, en réalité, toutes les familles ont besoin de la thérapie familiale mais toutes ne nécessitent pas un spécialiste. Un dialogue entre les membres de la famille suffit pour résoudre les conflits mais, lorsque ces derniers persistent, un spécialiste est nécessaire.  Il a précisé que le problème est que, dans la culture burundaise, il est difficile de dévoiler les secrets familiaux. Or, ces secrets peuvent avoir des conséquences sur les résultats scolaires des enfants ou les résultats professionnels des membres de la famille, etc. Il a fait savoir que la thérapie familiale existait dans le Burundi traditionnel. C’est quand le grand-père réunissait tous les membres de la famille autour du vin de banane afin d’échanger sur les problèmes de la famille. Ainsi les conflits se résolvaient rapidement et les enfants qui étudiaient réussissaient bien  car ils n’accumulaient pas les conflits de la famille. Mais, avec la modernité, cette pratique de résoudre les conflits dans la famille est disparue.M. Ndayizigiye a interpellé tous les parents de faire recours à la thérapie familiale avec ou sans spécialiste pour le bien-être des familles. Car, dans toutes les structures familiales, il y aura toujours des conflits, le plus important est la façon de les résoudre.  Il les a conseillés aussi de ne pas s’enfermer lorsqu’il y a un conflit car ceux qui en subissent en premier sont les enfants. Et  les bonnes relations familiales influencent beaucoup dans la réussite scolaire.

Fidès Ndereyimana

Ouvrir