Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

District sanitaire de Mabayi> Utilisation de nouvelles molécules contre le paludisme

Pour une lutte efficace

 

IMG 0008Le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida a récemment mis sur le marché les nouvelles molécules contre le paludisme appelées Quoartem. Le district sanitaire de Mabayi a déjà commencé  à utiliser ce médicament. Et, si la population prend la cure correctement, ce médicament va être efficace.  

 

Dans un entretien accordé au quotidien  « Le Renouveau », le chef de district sanitaire de Mabayi, Norbert Mugabo a fait savoir qu’il y a six mois qu’il est constaté un taux élevé de cas de paludisme.  Il a indiqué que cela est peut-être dû aux changements climatiques. « Notre district sanitaire est situé dans les montagnes, donc dans un climat froid.  Et, Nous savons que les moustiques qui sont agents vecteurs du paludisme n’aiment pas ces endroits. Malheureusement, nous constatons que le climat peut changer et devenir chaud et par conséquent, il y a présence des moustiques. Le taux élevé des cas souffrant du paludisme est  donc justifié par la présence de ces derniers », a-t-il signalé.Dr Mugabo a indiqué qu’à cause de ce taux élevé du paludisme presque dans tout le pays, le ministère en charge de la santé a mis sur le marché de nouvelles molécules appelées Quoartem pour une lutte efficace. Il a précisé que dans son district sanitaire, ce médicament est en train d’être utilisé.A la  question de savoir si ce médicament a déjà donné de bons résultats, il a mentionné que comme il est encore nouveau, les structures sanitaires ne peuvent pas affirmer qu’il a déjà réagi sur le paludisme. « Mais, nous espérons qu’il va bien agir pour guérir la malaria, à condition que la population accepte de le prendre correctement. Je dis cela parce que, certaines gens qui prennent le médicament contre le paludisme ne termine pas la cure. Quand ils commencent à se sentir mieux, ils l’interrompent sous prétexte qu’ils sont très faibles au moment où ils prennent ce médicament. Par conséquent, ils retombent souvent malade », a-t-il souligné. De ce fait, Dr Mugabo a saisi l’occasion pour demander à toute la population de la commune Mabayi d’aller se faire soigner quand ils présentent les symptômes de la malaria. Il leur suggère de terminer la cure contre le paludisme pour ne pas retomber souvent malade.    

Rose Mpekerimana

Ouvrir