Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Journée mondiale de la fille> Scolarisation de la fille

Les filles sont en grand nombre dans les écoles

 

IMG 55La scolarisation des filles est aujourd’hui à un niveau satisfaisant dans la mesure où dans plusieurs écoles, le nombre de filles est supérieur à celui des  garçons. C’est le cas de l’Ecofo Mirango I’ où sur  4 867 élèves, 2 457 élèves sont des filles et 2 410 des garçons. Et au Lycée municipal Nyabagere I, sur 946 élèves, 535 sont des filles et 411 des garçons. Le changement de mentalité en est la raison majeure de cette augmentation.  

 

Dans le passé, le nombre de filles qui fréquentaient l’école était à un niveau très bas dans les écoles du Burundi. C’était suite à la mentalité de la plupart des parents des enfants qui considéraient la fille comme une domestique . Aujourd’hui, ils ont fini par comprendre l’importance de scolariser une fille, d’où l’augmentation du nombre de filles dans les écoles tant publiques que privées. Cela ressort des propos, de la directrice de l’Ecofo Mirango I, Domaïdès Nduwimana et du préfet des études du Lycée municipal Nyabagere I Joseph Nduwimana, de la commune Ntahangwa, en mairie de Bujumbura.A l’Ecofo Mirango I, Mme Nduwimana informe que les filles sont plus nombreuses que les garçons. Sur 4 867 élèves de cette école, elle signale que 2 457 sont des filles contre 2 410 garçons. Elle fait savoir qu’à son époque, il y avait même des classes où on trouvait des garçons seulement, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. « Les filles étaient faussement taxées d’une certaine faiblesse intellectuelle, mais à mon école, les dix premiers dans les résultats sont le plus souvent des filles », précise-t-elle. Au Lycée municipal Nyabagere I, M. Nduwimana fait savoir que, là également, le nombre de filles est supérieur à celui des garçons. Elle informe que parmi  946 élèves de cette école, 535 élèves sont des filles, tandis que 411 élèves sont des garçons. Mme Nduwimana et M. Nduwimana indiquent que le nombre de filles dans les écoles augmente d’année en année que celui des garçons.Selon Mme Nduwimana et M. Nduwimana, la raison majeure de cette augmentation est le changement de mentalité des parents des enfants. La politique de la scolarisation à tous et de la gratuité de l’éducation a aussi contribué dans cette augmentation du fait que la plupart des parents refusaient d’amener leurs jeunes enfants à l’école sous prétexte du manque de frais de scolarité.Domaïdès Nduwimana et Joseph Nduwimana demandent aux  parents, aux autorités locales et au gouvernement, de travailler en synergie dans l’encadrement des filles, que ce soit à l’école où  la maison, afin de les protéger contre tout danger, principalement, les grossesses non désirées et les mariages précoces.

Julien Nzambimana (Stagiaire)

Ouvrir