Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE KAYANZA> Audience accordée à la délégation gabonaise par le chef de l’Etat

Pour présenter au président Nkurunziza les résultats des travaux qui ont été menés dans le cadre de la réforme de la CEEAC

 

DSC 2768Le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, a reçu à l’hôtel « Le Paradis » situé au chef-lieu de la province de Kayanza, le mercredi 11 septembre 2019, une délégation gabonaise conduite par le ministre des Affaires étrangères du Gabon, Alain Claude Bilie-By-Nzé. Il était venu présenter au président Nkurunziza les résultats des travaux qui ont été menés dans le cadrede la réforme de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale). 

 

A la sortie de l’audience, le ministre des Affaires étrangères du Gabon, Alain Claude Bilie-By-Nzé a indiqué qu’il est venu avec le secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allam-Mi, dans le cadre d’une tournée engagée à la demande du président de la République gabonaise qui est aussi le président de la CEEAC. « Nous sommes  venus présenter au président Nkurunziza le résultat des travaux qui ont été menés dans le cadre de la réforme de la CEEAC», a précisé M. Bilie-By-Nzé. Selon lui, lors du sommet de N’Djamena en 2015, les chefs d’Etat et de gouvernement africains avaient demandé que des réformes soient appliquées au niveau de la CEEAC. C’était pour rendre cette communauté économique régionale plus à même de répondre aux attentes des gouvernements et des populations en matière de paix, de sécurité ainsi que d’intégration économique et sociale des populations. M. Bilie-By-Nzé a fait savoir que c’est un travail qui a été mené par les experts et les ministres des onze Etats membres. Il a poursuivi en disant que les résultats ont été compilés dans cinq textes tous adoptés par les  ministres. C’est dans l’objectif d’organiser un sommet des chefs d’Etat dans les prochains mois pour adopter ces réformes.

Ezéchiel Misigaro

Ouvrir