Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ministère en charge de l’agriculture> Descente de Déo Guide Rurema dans différentes provinces du pays

Des constats positifs ont été faits notamment en matière d’exploitation des marais

 

DSC03659Le ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema, a effectué  du 7 au 9 août 2019, une descente dans les provinces de Cibitoke, Bubanza, Kayanza, Ngozi, Kirundo, Muyinga, Karusi, et Gitega. Elle consistait à faire le suivi des activités liées à l’exploitation des marais pendant la saison sèche sur base de l’irrigation à petite et grande échelles, l’état d’avancement  de la mise en œuvre des villages avicoles, le développement de l’horticulture et les aspects liés à l’environnement. L’appréciation de M. Rurema est globalement positive. 

 

A la fin de cette descente, Déo Guide Rurema a indiqué qu’il y a des orientations qui se donnent mais malheureusement, le suivi et la mise en application manquent. « C’est la raison pour laquelle dans notre ministère, nous nous sommes donné l’objectif de descendre jusque dans les champs de la population pour voir à quels niveaux  de réalisation les orientations de nos leaders sont appréciées». A la fin de cette descente, Déo Guide Rurema a indiqué qu’il y a des orientations qui se donnent mais malheureusement, le suivi et la mise en application manquent. « C’est la raison pour laquelle dans notre ministère, nous nous sommes donné l’objectif de descendre jusque dans les champs de la population pour voir à quels niveaux  de réalisation les orientations de nos leaders sont appréciées». 
 

La saison C, une réalité au sein de la population

Aussi, nous avons la politique que nous avons introduite dans notre culture, la saison C, parmi  les cultures normales par la saison A et la saison B. Celle introduite est la saison sèche,  a indiqué M. Rurema  pendant la saison B, beaucoup de gens se reposaient arguant qu’ils sont en train de se réjouir des récoltes précédentes mais, avec la nouvelle orientation du gouvernement, nous avons introduit la saison C pour occuper la population, a-t-il poursuivi. Concernant l’exploitation des marais, le constat fait par ledit ministre est que « nous ne pouvons pas augmenter la production agricole en exploitant seulement les deux saisons, A et B ». Aussi, nous avons des sources d’eau qu’on peut utiliser pour faire les microbarrages pour faire l’irrigation. Le constat fait et qui est probablement ailleurs, est que quand nos cadres techniciens vont en mission ou en formation à l’étranger, et en rentrant au pays, on ne voit pas de pratique ou de feedback des formations acquises lors de ces stages ou missions. « C’est la raison pour laquelle, à partir de l’année passée, nous avons pris la décision d’envoyer un ou un groupe de techniciens dans des formations, et une fois de retour, ils appliquent ce qu’ils ont appris ».  C’est le cas d’un technicien envoyé en Egypte avec l’objectif de faire un micro-barrage au ministère. Ce micro-barrage construit en commune Makebuko de la province de Gitega, a une capacité de         50 000 mètres cube et va irriguer une superficie de 16 ha. La population a adhéré facilement à ce projet et nous n’avons pas eu de difficulté à faire passer les caneaux d’irrigation dans les propriétés ou champs de la population qui a accepté  sans demander d’indemnisation. La population va y trouver sa part car une fois que ces travaux seront clôturés, on va lui octroyer de l’eau pour faire l’irrigation, et c’est cela le développement du monde rural. 

Une satisfaction pour certaines réalisations, des choses à améliorer pour d’autres              

Le ministre Rurema a également ajouté qu’il a profité de cette occasion pour visiter certaines réalisations qui entrent dans la logique introduite par le ministère, celle de créer des villages aquacoles c’est-à-dire la pisciculture intégrée des poissons ainsi que les poules associées au maraîchage. « Nous en avons été très satisfaits à certains endroits car les travaux évoluent positivement mais dans d’autres endroits, nous avons observé qu’il y a des choses à améliorer, par exemple, sur un site où on avait prévu quarante-sept étangs piscicoles, nous n’ en avons trouvé que dix. Dans un autre site, on espérait la clôture des travaux de quatorze étangs piscicoles, nous avons seulement trouvé dix mais ce qui est un peu choquant, c’est que les gens de ces mêmes projets sont en train de courir pour chercher la prolongation des contrats alors que les travaux sur terrain sont en train d’être réduits et on se pose la question : « est-ce que nous travaillons pour l’intérêt de la population ou pour notre propre intérêt ? »

Adhérer dans les coopératives

Pour lui, cette expérience  vue  dans les marais  les a inspirés : « nous allons construire sur base des bonnes leçons pour sensibiliser à partir de la saison que nous allons commencer, c’est-à-dire la saison A, pour que la population puisse adhérer aux coopératives Sangwe. L’avantage est que ces coopératives vont « nous permettre de faire une réalité pour la régionalisation des cultures, l’intensification agricole mais aussi, nous allons commencer à faire l’identification de certaines zones à forte production pour qu’on puisse y installer les unités de transformation. Il ne suffit pas seulement de produire, ou de conserver, il faut aussi transformer », a souligné le ministre en charge de l’agriculture. Tous les pays dits développés sont passés par cette étape.  C’est la raison pour laquelle beaucoup de gens travaillent en associations et dans ces dernières, il y a souvent des faiblesses car il y a l’individualisme qui s’observe toujours, mais quand on est dans une coopérative ou dans une société coopérative, c’est le développement intégral de tout le monde, il n’y a pas de grands ou de petits. Les coopératives ont une fierté ou une opportunité d’épanouir la population, d’une part, mais aussi d’épanouir tout le pays, d’autre part.
 

Les intrants agricoles sont produits localement

Les agriculteurs se heurtent au manque d’engrais chimiques. Face à cette préoccupation, le ministre en charge de l’agriculture s’est réjoui du fait que depuis 2016, il y a une bonne organisation au niveau du ministère en ce qui concerne l’approvisionnement des intrants agricoles parce qu’il y a une bonne collaboration entre le ministère, la population et les fournisseurs de ces intrants agricoles. Il a profité de cette occasion pour tranquilliser la population, « il n’y a aucun défi,  nous venons d’installer une usine qui fabrique les engrais organo minéraux où il y a la combinaison des éléments chimiques, de la fumure organique mais aussi de remis appelé souvent la chaux. Une fois que nous sommes en train de fabriquer ces engrais sur place, et qu’on ne va plus les importer, vous comprendrez mieux que la population n’a aucun souci de se demander s’il y aura un déficit d’intrants agricoles ». Le ministre Rurema a lancé un appel aux bureaux provinciaux de l’agriculture et de l’élevage de faire une large diffusion et une sensiblisation pour que la population soit tranquille et informée qu’à partir de cette année-ci, les intrants agricoles sont localement produits au Burundi.

L’appréciation de M. Rurema est globalement positive 

« Nous avons fait des constats positifs. D’abord, le pays est calme, paisible. La saison C est une réalité dans les saisons culturales du ministère dans la mesure où nous avons trouvé que les marais sont bel et bien occupés par les cultures. Cela donne de l’espoir à la population. Nous  avons également  constaté que la population, à partir de cette expérience, est en train d’adhérer au travail en coopérative. « Cela nous donne un espoir dans notre politique de régionalisation des cultures, d’intensification agricole. Mais aussi, nous sommes en train de conseiller à la population d’avoir des semences de qualité. Cela nous facilite dans l’encadrement et l’octroi des fertilisants. Nous allons, à partir de cette belle expérience, faire de même au niveau des collines », a conclu Déo Guide Rurema.                                                                                                       
Yvette Irambona  
     

Ouvrir