Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMIBU> La fête du mouton « Eid El Adha »

Le président du Sénat s’est joint à la communauté dans les festivités

 

DSC 0122Le dimanche 11 août 2019, les fidèles de la religion musulmane du Burundi se sont joints aux autres du monde entier pour célébrer la fête du mouton «  L’Eid-El-Adha ou Aid el-Kébir ». En signe du soutien du gouvernement du Burundi à toutes les confessions religieuses, le président du Sénat burundais, Révérien Ndikuriyo, s’est joint à cette communauté dans les festivités.  

 

Dans son discours, le président du Sénat du Burundi, Révérien Ndikuriyo a rappelé à l’assemblée des fidèles de la religion Islam qui s’était rencontrée au terrain de Nyakabiga, que pour remercier Dieu, il faut donner quelque chose de valeur, un sacrifice important comme l’a fait Ibrahim, le père des croyants.  « Pour y arriver, dit-il, il faut avoir une foi forte. Car si Ibrahim allait offrir en sacrifice son fils, ce n’était pas moins pénible. Nous remercions vivement la religion Islam de ce fait qu’elle nous rappelle souvent  certaines choses d’intérêt ». Révérien Ndikuriyo a également rappelé que depuis longtemps au Burundi, nos grands aïeux croyaient en Dieu, bien qu’il soit invisible. Qu’ils lui donnaient des offrandes et des sacrifices à travers le mouton, ce même mouton que Dieu donna à Ibrahim pour qu’il l’offre en sacrifice à la place de son fils Ismaël. Au nom du gouvernement, M. Ndikuriyo a remercié les musulmans du Burundi du calme qui caractérise leur communauté. « Le pays est calme sur toutes ses collines et votre participation est importante. Nous saluons votre concours dans l’éducation de la jeunesse burundaise mais également votre dévouement dans l’équipement du pays en infrastructures socio-économiques », a-t-il ajouté. Et de leur dire encore que le gouvernement burundais restera aux côtés de toutes les confessions religieuses sans distinction aucune, tout en leur demandant de toujours partager ce qu’ils ont avec ceux qui n’en ont pas.  Il a profité de cette occasion pour leur rappeler que c’est pour encourager et faire renaître l’esprit de partage que la journée de solidarité locale, qui se célèbre le dernier samedi du mois de juillet, a été instituée au Burundi. 
 

Une bonne occasion de sauver nos âmes

Dans les enseignements, Saidi Kajandi, président de la Comibu, a fait savoir que cette fête rappelle ce jour-là où Allah mit à l’épreuve Ibrahim pour voir si réellement il tient à sa promesse en observant ses commandements. « Puisqu’Ibrahim était un bon fidèle, il n’a pas hésité à accomplir ce qu’Allah lui avait demandé de faire et, pour sauver la vie d’Ismaël, un mouton lui fut donné pour qu’il l’offre en sacrifice. C’est une bonne occasion de s’auto-évaluer, de sauver nos âmes afin de devenir des artisans de paix partout où nous sommes. Que celui qui avait la haine dans son cœur change pour devenir une personne plus charitable».Saidi Kajandi a ajouté qu’en ce jour, les animaux abattus seront partagés avec les pauvres, les musulmans et les non musulmans, un signe d’unité et d’amour, un signe de maintien de la paix et d’intercession pour que les élections de 2020 en préparation puissent se dérouler dans le calme et l’entente.    Les fidèles de la religion Islam du Burundi ont été également invités par d’autres prédicateurs à assurer une bonne éducation à leurs enfants, à les envoyer à l’école pour préparer les leaders de demain. On leur a également demandé de s’atteler au travail pour le développement intégral du pays et du monde. Vous saurez que dans le but de partager la joie de la fête du mouton, le président du Sénat a remis au président de la Comibu, une enveloppe d’un million de francs burundais. L’abattage des animaux pour célébrer la fête d’Eid el-Adha va continuer jusqu’au 13 août 2019.

Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir