Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MEDIAS> Atelier de réflexion sur le rôle de la femme et fille journaliste dans la promotion du leadership féminin

La parité de genres dans les médias au centre des échanges

 

L’Afjo (Association des femmes journalistes) en collaboration avec la maison de la presse a organisé le mardi 11 juin 2019 dans les enceintes de celle-ci un atelier d’échanges et de réflexion sur le rôle de la femme et fille journaliste dans la promotion du leadership féminin. Dans leurs exposés, les orateurs ont montré qu’il y a toujours une faible représentativité des femmes dans les médias. De ce fait, des discussions étaient centrées sur comment lever les obstacles afin qu’il y ait laparité de genres dans les médias. 

 

Dans son mot d’accueil, la présidente de l’Afjo, Diane Ndonse a fait savoir que les médias ont un impact significatif sur la représentation publique des identités et des inégalités sociales. Elle a indiqué que le décalage important entre la vie sociale et communautaire des femmes et leur place et image dans les médias reste fort. « L’image déformée de la femme dans les médias à une incidence directe sur les jeunes qui ont besoin de personnes auxquelles elles peuvent d’identifier », a-t-elle dit. Elle a ajouté que malgré les avancées en matière de promotion de l’égalité des genres au Burundi, il s’observe une faible visibilité de la femme que ce soit dans les postes de prise de décision des organes de presse ou des institutions chargées des médias ou dans les contenues des médias.Au regard de cette réalité, il est demandé aux décideurs de tenir compte du genre et des compétences féminines dans les instances de prise de décision au sein de différents médias.

La mise en œuvre de la charte des médias sensible au genre pourrait améliorer la situation

Dans son mot de circonstance, le ministre de la Communication et des média, Fréderic Nahimana a fait savoir que bien que des progrès soient visibles, le chemin à parcourir reste encore long. Le déséquilibre reste au niveau de la représentation de la femme dans les médias. Pour pallier cette lacune, il a précisé que le ministère en charge des médias réitère son engagement à soutenir toutes les initiatives allant dans le sens de formuler  des actions visant à concrétiser la charte des médias sensibles au genre et aux jeunes qui a été élaboré le 14 décembre 2018. Il a enfin signalé qu’avec ladite charte, les responsables des médias et des organisations professionnelles des médias sont en train de mettre en œuvre des actions concrètes pour l’intégration des dimensions jeunes et genres dans le travail des médias.       

Rose Mpekerimana

Ouvrir