Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ecole «EPHPHATHA»> Suppression progressive de l’internat

Elle constitue un handicap d’accéder à l’enseignement pour ceux de l’intérieur du pays

 

Suite au manque de financement, cette école est dans l’obligation de supprimer progressivement l’internat. Et cela constitue un handicap majeur d’accéder à l’enseignement pour les enfants sourds-muets qui viennent de l’intérieur du pays. 

 

L’école des sourds Ephphatha est une école à régime d’internat. Elle accueille des enfants qui viennent de  différentes localités du pays. La suppression progressive du système d’internat constitue une difficulté, une situation inconfortable pour les parents qui ont des enfants vivant avec ce handicap. Cela parce que les écoles qui accueillent les enfants sourds sont peu  nombreuses. Ainsi, les enfants sourds-muets ont besoin d’une école spécialisée étant donné qu’ils utilisent le langage des signes dans l’enseignement.  Le préfet des études de cette école, Zabulon Nkurunziza, a fait savoir que, pour le moment, l’école est confrontée à des problèmes de financement. Et cela a un impact négatif pour le fonctionnement de l’école. Il a dit que le Programme alimentaire mondial (PAM) appuyait cette école en vivres mais que pour le moment, il a cessé son intervention. C’est pour cette raison que l’école a pris la décision de supprimer le régime d’internat progressivement car il est pratiquement impossible de nourrir les élèves pendant toute l’année. Il a indiqué que, pour le moment, les enfants qui commencent la section  maternelle dans cette école sont soumis au système d’externat. Mais, a-t-il souligné, cela reste un problème car les enfants qui fréquentent cette école viennent de différentes provinces du pays. M. Nkurunziza a fait savoir que la plupart des élèves qui fréquentent cette école viennent des familles qui n’ont pas de moyens suffisants pour appuyer l’école par  le minerval.  Ainsi, c’est un problème pour ces enfants qui vivent avec ce handicap car les chances d’étudier commencent à diminuer surtout pour ceux qui viennent de l’intérieur du pays. M. Nkurunziza a précisé que si par chance il pourrait y avoir un bienfaiteur qui puisse appuyer cette école, le système d’internat pourrait continuer. C’est pourquoi il a interpellé tous les bienfaiteurs d’appuyer cette école.   

Fidès Ndereyimana

Ouvrir