Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MILIEUX SCOLAIRES> Clubs « Santé mentale »

Ils constituent une solution pour les apprenants mais également pour les enseignants

 

IMG 0007Dans les écoles, et surtout celles organisant le quatrième cycle de l’enseignement fondamental et le post fondamental, des clubs sont organisés dans différents domaines. C’est dans cette foulée qu’il a été créé, par les enseignants psychologues, le club « Santé mentale » au Lycée communal Mpanuka et au Lycée Arthur Chilson de Kibimba. Pour le psychothérapeute de formation, Bernard Ntirampeba, les clubs de « Santé mentale » sont une solution pour les apprenants mais également pour les enseignants.

 

« Nous avons créé ces club après avoir constaté qu’il y a des défis qui se remarquent surtout ceux basés sur l’apprentissage scolaire. Nous avons constaté que certains élèves éprouvent des difficultés et ne parviennent pas à pouvoir bien vivre leur style d’apprentissage. Ainsi, nous avons pensé à créer un climat un peu favorable qui puisse favoriser leur réussite en classe ». Tels sont les propos de M.Ntirampeba qui répondait à la question de savoir pourquoi ce genre de club dans les écoles.  Il ajoute que dans ces clubs, ils essaient d’approcher les élèves en difficultés d’apprentissage afin de les écouter et leur faire une orientation psychologique pouvant les aider. « Cela parce que, dit-il, pas mal d’élèves échouent à cause des difficultés d’apprentissage, des difficultés familiales et sociales,  qui font qu’ils ne soient pas bien concentrés. Cela étant, en tant que membres de ces clubs « Santé mentale », ce que nous devons faire pour ces élèves, c’est d’organiser des occasions de sensibilisation pouvant montrer qu’une fois que la santé n’est pas bonne, elle peut occasionner beaucoup de troubles et surtout en milieu scolaire ». Et d’ajouter : « Les enseignants doivent savoir qu’aider les élèves en difficultés d’apprentissage peut en quelque sorte influencer leur taux de réussite. Ceci peut se remarquer à travers des témoignages donnés pas les élèves eux-mêmes qui, après avoir respecté les conseils leur donnés par les animateurs de ces clubs qui existent actuellement au Lycée Arthur Chilson de Kibimba et au Lycée communal Mpanuka, ont enregistré des avancées positives dans leur réussite ».

Ils permettent d’enseigner efficacement

Pour ce psychothérapeute, d’une manière générale, les clubs de santé mentale sont une solution pour les apprenants mais également pour les enseignants car ils permettent à ces derniers d’enseigner efficacement et aux apprenants, d’être en bon état de santé mentale. Il trouve utile que, si possible, ces clubs soient créés dans toutes les écoles car ce serait une solution dans le domaine de l’enseignement car dit-il, il n’y a pas de développement d’un élève pour qui la santé mentale n’est pas bonne. Bernard Ntirampeba demande aux élèves et aux responsables de l’enseignement depuis les écoles jusqu’à l’administration centrale de comprendre qu’il y a beaucoup de facteurs qui entrent en jeu dans la réussite d’un élève. C’est pour cette raison qu’ils doivent suivre de près l’évolution des élèves dans leur cursus scolaire. 

Les élèves du lycée communal Mpanukaen témoignent davantage

Pour Japhet Niyonizeye, élève au lycée communal Mpanuka, le club « Santé mentale » est d’une importance capitale, car on y apprend comment assister et/ou prendre en charge une personne déprimée aussi bien que sa famille. Il partage cette idée avec Médiatrice Nahishakiye, elle aussi élève à cet établissement. Pour elle, les membres de ces clubs ont déjà franchi un grand pas. « Considérant l’étape où nous sommes actuellement, le club « Santé mentale» est très important pour la société. Nous essayons de nous approcher des familles ayant certains des leurs dont un problème de santé mentale pour connaître les mobiles de cette maladie, afin de leur donner quelques orientations de thérapie », a-t-elle indiqué à la rédaction.Mlle Nahishakiye a ajouté que les membres du club contribuent ou exécutent quelques tâches pour avoir des aides afin de pouvoir assister les familles de ces malades mentaux. « Si nous considérons les œuvres et les bons projets du club « Santé mentale», nous avançons positivement et j’affirme encore que ce club est beaucoup utile pour nous et pour la société », a souligné Mlle Nahishakiye.

Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir