Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CVR> Problématique des fosses communes, des restes humains et d’autres lieux de mémoire

Leur gestion requiert une attention particulière pour aider les Barundi dans la réconciliation durable

 

DSC02058Certaines questions se posent sur la présence et la gestion des fosses communes, des restes humains et des lieux de mémoire qui sont éparpillés à travers le pays. Cela ressort de la présentation d’Aloys Batungwanayo, commissaire de la CVR, lors de l’atelier de réflexion et d’échange organisé les 9 et 10 mai 2019 dans la province de Gitega.  

 

Le passé du Burundi est souvent décrit comme celui caractérisé essentiellement par des conflits parfois sanglants, parfois latents et parfois répétitifs.D’après Aloys Batungwanayo, ces conflits ont laissé des séquelles physiques et morales, entre autres les fosses communes éparpillées ici et là au Burundi. A côté de ces fosses communes, il y a d’autres lieux de mémoire à savoir les restes humains, les monuments construits, les rivières, les infrastructures de sinistre mémoire, etc. Pour M. Batungwanayo, il se pose un problème sérieux pour leur gestion. La présence de ces lieux de mémoire gêne certains Barundi, car les prenant comme des preuves d’évidences des atrocités commises. Certains lieux de mémoire érigés sont perçus différemment : certains les voient comme des lieux de mémoire qui entretiennent la vengeance et par conséquent demandent leur destruction, d’autres les prennent comme des lieux d’accusation de l’autre, d’autres les trouvent moins inclusives. Il y a également une vision incertaine des Barundi face à la problématique de l’exhumation/identification des restes humains se trouvant dans les fosses communes : certains voudraient l’érection des monuments sur place, d’autres disent que ces endroits augmentent le traumatisme des disparus et de leurs familles, car le lieu est choisi par les bourreaux…

La CVR trace quelques pistes de gestion

M. Batungwanayo indique que la CVR stipule une exhumation éventuelle et inhumation après découverte de la vérité. Cela veut dire qu’il faudra procéder à l’exhumation des restes humains pour éviter que le Burundi reste ce « cimetière à ciel ouvert ». La CVR propose d’étudier les modalités de construction d’un mémorial/maison des mémoires pour pérenniser l’identité des Barundi. Elle envisage aussi créer d’autres lieux de mémoire (baptiser ou rebaptiser certaines infrastructures publiques). Elle propose au législateur de voter une loi régissant les cimetières, les fosses communes, les sépultures et d’autres lieux de mémoire liés aux conflits burundais. Pour la CVR, la gestion des fosses communes, des restes humains et d’autres lieux de mémoire requiert une attention particulière pour aider les Barundi dans la réconciliation durable.

Eric Mbazumutima

Ouvrir