Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

OMS> Café de presse dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la santé, édition 2019

Sous le thème : « La couverture santé universelle »

 

IMG 0414L’Organisation mondiale de la Santé (OMS),  en collaboration avec le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida, a organisé le vendredi 12 avril 2019, un café de presse dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la santé, édition 2019. Le thème de cette année est « La couverture santé universelle » avec comme slogan : « La santé pour tous, partout », premier objectif de l’OMS. 

 

Le 7 avril de chaque année, le monde entier célèbre la journée mondiale de la santé. Journée phare de l’OMS. Cette journée est consacrée à la promotion de la santé, telle que définie par l’organisation, c'est-à-dire un processus qui confère aux populations les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d’améliorer cette dernière. Pour que la santé pour tous devienne une réalité, les individus et les communautés doivent avoir accès à des services de qualité pour leur santé et celle de leur famille, des agents de santé qualifiés doivent dispenser des soins de qualité centrés sur la personne, et les décideurs doivent s’engager à investir dans les soins de santé primaire. Dans son allocution, le délégué du représentant de l’OMS, Dr José Kivula Kivudi a indiqué que la couverture sanitaire universelle est le premier objectif de l’OMS. Et d’ajouter que, sous cette thématique, on veut que toutes les personnes aient accès au service de santé de qualité dont elles ont besoin, quand et où elles en ont besoin sans difficultés financières. Il a précisé que, pour que cette couverture devienne une réalité, les individus et les communautés doivent avoir accès à ces divers services de qualité et à des prix raisonnables.  Dr José Kivula Kivudi  a ajouté qu’il faut que les gens se mettent ensemble pour supporter les coûts de santé. 

Au Burundi, la situation n’est pas très mauvaise

Concernant la situation actuelle de la couverture sanitaire universelle au Burundi, le directeur général de la santé, Dr Isaac Minani, a indiqué qu’elle n’est pas très  mauvaise comparée aux indicateurs des pays de la sous région. On est même en avance mais il y a toujours moyen  de faire mieux.   «  Il faut que toute  la communauté entière adhère aux mécanismes d’entraide mutuelle. De cette façon, les mutualités communautaires, une fois mises en place, les choses vont changer rapidement puisqu’actuellement, le problème majeur est d’aller à l’hôpital ou dans une formation sanitaire et payer », a signalé Dr Minani avant de faire remarquer que ce n’est pas tout le monde qui a l’argent. Même celui qui est riche, s’il passe 3 mois à l’hôpital, ses ressources tarissent et il devient pauvre comme les autres.    Alors que, quand il est dans ces structures d’entraide communautaire, à tout moment, l’argent sera là pour payer pour lui », a dit M. Minani.Et d’ajouter qu’actuellement, quand une personne est malade, elle ne va pas dans les structures de soins car elle n’a pas d’argent. « Mais si elle sait que c’est un organisme auquel elle a  adhéré  qui va payer, dès qu’elle va sentir des maux de tête, elle va immédiatement aller dans les structures de soins pour se faire soigner et elle va vite guérir afin de retourner au travail pour contribuer au développement du pays », a conclu le directeur général de la Santé.

Emélyne Iradukunda

Ouvrir