Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINEAGRI> Point de presse sur le déroulement de la campagne café 2018-2019

Plus de 22 000 tonnes de café vert déjà vendues

 

DSC06806Le jeudi 14 mars 2019, le ministère de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, a organisé un point de presse sur le déroulement de la campagne café 2018-2019 et la préparation de la campagne 2019-2020. Pour la campagne 2018-2019, neuf coopératives et sociétés sont rayées de la liste des acteurs de la filière café, pour n’avoir pas honoré leurs engagements. 

 

Dans ce point de presse, le ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema, a indiqué que pour la campagne café 2018-2019, qui se clôture le 31 mars 2019, la production du café cerise enregistrée au niveau des stations de dépulpage-lavage est de 141 200 tonnes alors qu’on attendait 94 000 tonnes. Et d’ajouter qu’une quantité de 22 000 tonnes de café vert a déjà été vendue.Le ministre Rurema a rappelé que le prix au producteur était de 500 FBu le kilogramme et il a, par-là, encouragé certaines sociétés et coopératives qui ont pu donner un prix supérieur à 500 FBu le kilogramme.Quant à l’exportation du café, M. Rurema a indiqué que le taux de café déjà vendu est de 67% et que certaines sociétés qui ont produit plus de 500 tonnes de café vert ont déjà enregistré un taux de vente satisfaisant, comme la société Greenco qui a déjà écoulé toute sa production. Il a également remercié les sociétés Kalico et Succam pour la qualité de leur café et d’avoir vendu à un prix de 2,9 à 3 dollars le kilogramme étant donné que le prix du café exporté était de 2,2 dollar américain.

Des défis se sont observés

Le ministre Rurema a aussi fait entendre que des défis se sont remarqués au cours ce cette campagne. C’est le cas de l’insuffisance des capacités d’accueil de certaines stations de lavage, de celui lié au financement de la campagne café, de la lenteur d’usinage au niveau de certaines stations de lavage ainsi que la spéculation de certains commerçants qui cachent le café en attendant la hausse des prix. A tous ces défis, des solutions adéquates ont été envisagées pour l’intérêt du caféiculteur et du pays.M. Rurema a souligné que pour améliorer la filière café, des perspectives ont été tracées pour la prochaine campagne. Il n’a pas manqué de dire que neuf sociétés et coopératives qui n’ont pas honoré leur engagement au cours de la campagne 2018-2019, ont été rayées de la liste des acteurs de la filière café. On citerait ici la société Risca qui n’a pas encore payé les agriculteurs et dont le café est sous le contrôle de l’Agence de régulation de la filière café (Arfic).

Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir