Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ROVF-BURUNDI> Son rôle dans l’assistance des orphelins et familles vulnérables

Plaider pour que la survie des orphelins soit une réalité au Burundi

 

Dsco 0015Créée depuis l’année 2017, l’association Rising orphans and vulnerables in our families (ROVF) a pour but de plaider pour le bien-être des orphelins et des familles vulnérables du Burundi. Et, selon la coordinatrice régionale dans la région ouest, Jeanine Niyonizigiye,   « Nous plaidons pour que l’enfant orphelin puisse se sentir comme un enfant burundais dans tous les domaines de sa vie ». 

 

Selon Jeanine Niyonizigiye, coordinatrice de la région Ouest, certains rapports d’enquête qui ont été effectués indique que le nombre d'orphelins en Afrique en général et au Burundi en particulier est en augmentation.  Dans cette optique, elle a indiqué qu’après avoir constaté ce contexte, l’association ROVF  s’est engagée à assister les enfants orphelins ainsi que les familles vulnérables dans des domaines diversifiés. « Plus de la moitié de ces orphelins ont perdu soit leurs mères, soit leurs pères ou leurs deux parents à cause de certaines maladies ou autres divers facteurs qui peuvent entraîner la mort », a-t-elle mentionné.Mme Niyonizigiye a ajouté que  beaucoup d'enfants n'ont pas de certificat de naissance et ne sont donc pas admissibles aux allocations sociales. D'autres ne savent même pas qu'ils ont droit à une assistance. La plupart d’orphelins sont pris en charge par des familles élargies, dont beaucoup souffrent elles-mêmes de la pression, notamment celles dirigées par des personnes âgées et par des femmes qui vivent déjà au bord de la pauvreté. Les orphelins et les enfants vulnérables ont tendance à vivre dans des ménages très pauvres et leurs taux de scolarisation ont tendance à être inférieurs à ceux des autres enfants. 

« Une convention de partenariat entre le Gouvernement a été signée »

ROVF travaille également en étroite collaboration avec le département du développement social et la société civile pour mener des activités dans trois domaines principaux comme la recherche pour éclairer les politiques en faveur des enfants vulnérables, soutenir les réseaux de sécurité communautaires pour les OEV, et la fourniture de services de coordination pour les OEV. A la question de savoir les sources pour satisfaire les besoins de ces OEV, Mme Niyonizigiye a signalé que les ressources proviennent des cotisations des membres de l’association, du niveau national au niveau collinaire, sans oublier les aides en provenance du gouvernement via le ministère de tutelle  et de nos différents  partenaires. Et cela a fait que ROVF, en  collaboration avec le gouvernement du Burundi à travers le ministère ayant les droits de la personne humaine dans ses attributions, procède à la construction de pas mal de maisons dans certaines provinces ciblées ainsi que des centres d’accueil qui servent à l’encadrement de ces enfants. La coordinatrice a également précisé que, concernant les stratégies pour  enquêter sur ces enfants orphelins en situation de rue ainsi que les vulnérables, ce travail est exécuté par les comités de base, en collaboration avec les autorités locales.

Des groupements de solidarité (GS) ont été mis en place dans différents coins où opère ROVF

« Comme l’assistance médicale, éducative, économique, demande beaucoup de moyens, à part les cotisations et aides perçues auprès des différents partenaires,   différents GS ont été créés dans le but de renforcer les moyens qui ne sont pas suffisants», a révélé Mme Niyonizigiye. Cette dernière a précisé que, dans ces groupements, on exerce certaines activités génératrices de revenu dont une partie est affectée à l’assistance de ces OEV.Quant aux perspectives d’avenir pour que les OEV puissent se sentir comme les autres enfants dans la communauté, elle a informé que le nouveau programme de ROVF vise à contribuer à élargir la couverture en soins, ainsi que le soutien et la protection communautaires et à aider le département du développement social à mieux coordonner et surveiller les OEV. Dans cette même optique, Mme Niyonizigiye a mentionné qu’il y aura  bientôt un service pour suivre et enregistrer les OEV afin d’augmenter le nombre de personnes pouvant accéder aux services disponibles. Au moment où les réseaux de sécurité communautaires répondent à un besoin essentiel d’interface entre les enfants vulnérables, les gardiens et les services sociaux disponibles, ROVF va continuer à plaider et travailler en synergie avec le gouvernement du Burundi via les autorités habilitées afin que la prise en charge des OEV soit une réalité sur tout le territoire national.

AVIT NDAYIRAGIJE

Ouvrir