Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Location des maisons> Entretien avec un commissionnaire

«Le métier de commissionnaire n’est pas réglementé par la loi»

 

Les commissionnaires des maisons et des parcelles rencontrent beaucoup de difficultés dans la vie de tous les jours étant donné que c’est un métier qui n’est pas réglementé par la loi. Mais il y a des clients qui se lamentent que certains commissionnaires sont malhonnêtes. 

 

On dit souvent qu’il n’y a pas de sot métier pourvu qu’il fasse vivre celui qui l’exerce ou sa famille. Des commissionnaires des maisons de location ou des parcelles sillonnent dans les quartiers à la recherche des maisons de location afin de les montrer aux clients. Ces commissionnaires disent qu’ils rencontrent beaucoup de difficultés dans leur métier étant donné qu’il n’est pas réglementé par la loi.  Ces propos ressortent d’un entretien que le journal «Le Renouveau » a eu avec Aimable Niyukuri, un commissionnaire des maisons et des parcelles. Selon lui, même si ce métier n’est pas réglementé par la loi, il y a de l’ordre qui régit les commissionnaires, car ces derniers doivent être en contact avec le propriétaire de la maison avant d’amener un client pour se convenir de la tarification de la maison. A la question de savoir s’il y a des commissionnaires qui augmentent le loyer d’une maison, notre source a indiqué que c’est impossible parce que le travail du commissionnaire c’est de montrer au client la maison   et si ce dernier trouve qu’elle lui convient, il va en contact avec le propriétaire afin d’élaborer ensemble un contrat de location.Ainsi, notre interlocuteur a signalé que ce métier comporte beaucoup de difficultés car il y a des fois la mésentente entre le client et le commissionnaire. Cela s’observe surtout lorsqu’un client refuse de payer la commission. Une autre difficulté évoquée par notre interlocuteur est la fatigue occasionnée par ce métier car on peut passer plusieurs jours à sillonner dans les quartiers sous le soleil accablant sans rien gagner comme commission. M. Niyukuri a précisé que la période des pluies est une période difficile pour les commissionnaires car il y a peu de clients du fait que peu de gens déménagent au cours de cette période.Toutefois, il s’avère nécessaire que ce métier soit réglementé par la loi afin qu’ils travaillent dans la transparence.  Car,  d’après les lamentations des uns et des autres, il se pourrait que certains commissionnaires soient malhonnêtes.  

Fidès Ndereyimana

Ouvrir