Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Santé> La couverture vaccinale au Burundi

Elle est satisfaisante malgré certains défis

 

DSC04713En général, les Burundais suivent le calendrier vaccinal de leurs enfants. Mais les défis ne manquent pas car, dans certains districts sanitaires, le taux de couverture vaccinale est encore bas suite à telle ou telle autre croyance.   

 

Dans son interview, Thaddée Ndikumana, ministre de la Santé publique et de la lutte contre le sida, a fait savoir que, d’une manière générale, le Burundi a un taux de couverture vaccinale satisfaisant parce qu’il est au-delà de 85%. Mais, dans certains districts sanitaires, il y a un taux de couverture vaccinale qui est bas. 

Quelles sont les barrières à la couverture vaccinale ?

M. Ndikumana a indiqué que, parmi les barrières, il y a celles qui sont liées à la culture où on a trouvé que certrains  Batwa ne font pas vacciner leurs enfants: certaines croyances sont hostiles au vaccin notamment le cas des adeptes d’Euzebie. Là où ils sont, ces derniers ne font pas vacciner leurs enfants. Les gens de la croyance  religieuse « Abasohoke » n’adhèrent pas également au programme de vaccination. M. Ndikumana a fait savoir que, face à cette situation, le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida va essayer de travailler ensemble avec l’administration locale et les agents de santé communautaire pour sensibiliser la population, car le gouvernement du Burundi veut que chaque enfant soit vacciné parce que c’est son droit de l’enfant. Le vaccin est aussi la barrière aux maladies épidémiques. Il y a beaucoup de maladies qui sont évitables à travers la vaccination.M. Ndikumana a indiqué que l’autre barrière est liée aux hommes qui n’accompagnent pas les femmes dans les structures de soins pour le vaccin des enfants. Les hommes ne suivent pas le calendrier vaccinal de leurs enfants.M. Ndikumana a interpellé tous les hommes de pouvoir appuyer les mères, appuyer l’éducation des enfants, appuyer la famille en général pour qu’ensemble, on puisse venir à bout de cette barrière qui est le non accompagnement des enfants pour avoir un vaccin.

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir