Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINEDUC> Atelier d’echanges sur la gestion basée sur les perfomances

«Trois outils principaux seront mis en place pour une bonne gestion »

 

Le ministère de l’Education, de la formation technique et professionnelle,  a organisé,  le mardi 06 novembre 2018, à l’endroit de certains hauts cadres dudit ministère et tous les directeurs provinciaux de l’Enseignement, un atelier d’échanges sur la gestion basée sur les performances. C’est dans le but d’octroyer un salaire bien mérité par le personnel et surtout en fonction de la réalisation de son cahier de charge. 

 

Juma Edouard, porté-parole du ministère de l’Education, de la formation technique et professionnelle,  a indiqué qu’il s’agit d’un atelier d’échange en perspective de l’instauration des contrats de performance au sein du ministère, lesquels vont lier le personnel à son chef, et du plus bas niveau au plus élevé. M. Juma a ajouté que ce contrat de performance sera caractérisé par trois outils principaux, qui seront mis en place pour une bonne gestion de ce contrat. Il s‘agit, entre autres d’un cahier de charges contenant un plan d’activités qui engagera le personnel et son chef ainsi que les fiches de suivi et d’évaluation des performances du personnel. Et tous ces outils seront mis en œuvre sur base des réalisations. En plus de cela, a-t- il  informé, il y aura une perspective de suivi qui permettra chaque fois en cas de besoin d’apporter les correctifs nécessaires. Tenant compte des évaluations qui se font aujourd’hui, M. Juma a affirmé que ce système est très transparent parce qu’un responsable  peut décider, étant dans son  bureau, d’attribuer une note sur des bases qui ne sont pas du tout objectives. « Mais, le contrat basé sur les performances exige de la transparence. Et l’évaluation sera également participative”, a-t-il précisé. 

Le contrat de performances, loin d’être confondu avec celui du travail

Quant à la différence entre le contrat de performances et celui du travail, le porte-parole du ministère ayant l’éducation dans ses attributions  a d’abord informé qu’il y a une nette différence entre ces deux types de contrat. Il a signalé que le contrat de travail est strictement basé sur le profil d’un individu tandis que le contrat de performance est beaucoup plus basé sur les capacités de réalisation  de chaque cadre ou agent du ministère.    « Et dans cette perspective, nous voulons que le peu de salaire que nous percevons chaque mois soit bien mérité par le personnel »,  a affirmé M. Juma.  

AVIT NDAYIRAGIJE

Ouvrir