Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> Rwagasore : Un prince, un héros, un modèle

Le 13 octobre de chaque année, le peuple burundais se souvient du prince Louis Rwagasore mort assassiné il y a 57 ans dans le cadre d’un complot ourdi par le pouvoir colonial belge. Le héros de l’indépendance venait de remporter, haut la main, la victoire aux élections législatives de septembre 1961, infligeant une lourde défaite aux partis fantoches dont, notamment, le parti démocratique chrétien (PDC), le parti du peuple et le parti du développement rural qui n’étaient, en fait, que des partis politiques belges. Une victoire que l’administration coloniale belge ne pouvait pas tolérer. C’est ainsi que le colonisateur conçut, planifia et finança l’assassinat du prince Louis Rwagasore qui réclamait l’indépendance immédiate pour se débarrasser du joug colonial belge et construire un Burundi uni, que le pouvoir colonial belge avait divisé en Hutu, en Twa et en Tutsi, conduisant ainsi le peuple burundais aux déchirements inter-ethniques qui ont fait la honte de notre Histoire du fait, essentiellement, d’un régime colonial belge qui a divisé la nation burundaise en marquant la rupture du peuple burundais avec son passé ancestral caractérisé par l’unité de toutes les composantes humaines de la société burundaise.Le 13 octobre de chaque année, le peuple burundais se souvient du prince Louis Rwagasore mort assassiné il y a 57 ans dans le cadre d’un complot ourdi par le pouvoir colonial belge. Le héros de l’indépendance venait de remporter, haut la main, la victoire aux élections législatives de septembre 1961, infligeant une lourde défaite aux partis fantoches dont, notamment, le parti démocratique chrétien (PDC), le parti du peuple et le parti du développement rural qui n’étaient, en fait, que des partis politiques belges. Une victoire que l’administration coloniale belge ne pouvait pas tolérer. C’est ainsi que le colonisateur conçut, planifia et finança l’assassinat du prince Louis Rwagasore qui réclamait l’indépendance immédiate pour se débarrasser du joug colonial belge et construire un Burundi uni, que le pouvoir colonial belge avait divisé en Hutu, en Twa et en Tutsi, conduisant ainsi le peuple burundais aux déchirements inter-ethniques qui ont fait la honte de notre Histoire du fait, essentiellement, d’un régime colonial belge qui a divisé la nation burundaise en marquant la rupture du peuple burundais avec son passé ancestral caractérisé par l’unité de toutes les composantes humaines de la société burundaise.Le piteux et lâche assassinat du prince Louis Rwagasore, le 13 octobre 1961, a éloquemment témoigné de la détermination hargneuse du pouvoir colonial belge et de ses alliés objectifs à plonger notre pays dans des phases extrêmement difficiles qui ont jalonné son histoire postindépendance. La situation politique, économique et sociale s’est caractérisée par une dégradation qui a été le fait d’une longue entreprise de déstabilisation de la société burundaise, profondément attachée à ses vertus millénaires dont l’unité et la solidarité constituaient la pierre angulaire.Cinquante-sept ans après l’assassinat du prince Louis Rwagasore, où en sommes-nous ?  Si l’ancien gouverneur résident du Rwanda-Urundi Jean Paul Harroy et Albert Mauss, ancien président du parti du peuple qui se suicida par pendaison dès l’annonce de la victoire du prince Louis Rwagasore, étaient encore de ce monde, ils verraient bien que le Burundi est un pays debout, où la paix et la sécurité se renforcent, et où « le combat qui nous reste à mener aujourd’hui demeure le combat pour le développement ainsi que le combat pour extirper les atavismes de la haine ethnique semée par le colonisateur », comme l’a si bien indiqué le Président de la République Pierre Nkurunziza, dans son message à la nation à l’occasion du Nouvel An 2018. La préoccupation majeure des institutions démocratiquement élues et du gouvernement qui en est issu, est de chercher comment mettre dans le cœur des Burundais la volonté de s’engager effectivement dans la voie d’une réconciliation durable.Pour cela, il faut que nous prenions le prince Louis Rwagasore comme modèle, en plaçant le patriotisme au centre de nos valeurs citoyennes. Nous ne ferons qu’y gagner.                                                       
Louis Kamwenubusa

Ouvrir