Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINISTERE DES DROITS DE LA PERSONNE HUMAINE> Déclaration sur la Journée internationale de la fille, édition 2018

Sous le thème « Soutenir la fille burundaise par une éducation de qualité avec zéro grossesse »

 

DSC04487 1Le ministre des Droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre, Martin Nivyabandi, a sorti le mercredi 10 octobre 2018 à Bujumbura, une déclaration sur la Journée internationale de la fille, édition 2018. C’était sous le thème  « Soutenir la fille burundaise par une éducation de qualité avec zéro grossesse ». Cette journée a été célébrée le jeudi 11 octobre 2018 au lycée Iteba de la province de Rumonge.  

 

Le ministre Nivyabandi a fait savoir que la Journée Internationale de la fille est célébrée le 11 octobre de chaque année depuis 2012. Il a indiqué que cette Journée vise à mettre en lumière les besoins des filles et à répondre aux défis auxquels elles font face. Elle promeut  également le renforcement des capacités des filles et l’exercice de leurs droits fondamentaux. Au cours de ces dernières années, le Burundi a fait des progrès significatifs dans l’amélioration de la vie des filles. Cela transparait dans le renforcement du cadre légal qui a permis la mise en place d’un système éducatif répondant aux besoins du monde du travail et des autres mesures incitatives qui encouragent la jeune fille à rester à l’école avec épanouissement. A l’endroit des filles non scolarisées, a précisé  M. Nivyabandi, le gouvernement n’a cessé de se préoccuper de leur promotion en renforçant leur capacité en vue de leur prise en charge à travers le développement des activités génératrices de revenus, le travail en coopérative, etc.M. Nivyabandi a déclaré qu’à travers le thème national retenu cette année, « Soutenir la fille burundaise par une éducation de qualité avec zéro grossesse », rappelle les Burundais qu’il est essentiel de renforcer l’éducation de la fille en tous ses sens et formes. Ainsi, élargir ses opportunités d’apprentissage et la mettre dans un environnement où elle ne sera plus exposée à des grossesses qui ruine sa vie subitement  et involontairement. Il a ajouté qu’il s’agit d’inviter la communauté burundaise toute entière à repenser la manière dont les jeunes burundais,  surtout les filles, sont formés et éduqués en général et à tracer de nouvelles voies capable de faciliter leur transition dans le monde futur travail.M. Nivyabandi n’a pas oublié de signaler que toute une semaine est dédiée à la fille, et plusieurs activités seront réalisées. Il s’agit notamment du lancement de la campagne « Zéro grossesse en milieu scolaire ». Des séances de sensibilisation seront organisées à travers les écoles, des visites auprès des associations des filles rurales regroupées autour des activités génératrices de revenus en vue de les encourager, la dotation des kits de dignité aux écolières et élèves, etc. 
Evelyne Habonimana

Ouvrir