Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Sénat > Questions posées au ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage

La stabulation permanente permettra la mise en application du projet de l’Etat «Ewe Burundi urambaye»

Lors de la session plénière sur l’analyse et l’adoption du projet de loi portant stabulation permanente et interdiction de la divagation des animaux domestiques et de la basse-cour, au Sénat du Burundi, le ministre de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema a répondu à quelques questions. 
A la question qui concerne le délai de grâce pour les éleveurs, le ministre a dit que trois ans suffisent pour que tout éleveur ait déjà planté les semences fourragères tant de graminées que des légumineuses.Concernant la façon dont le gouvernement va veiller à ce qu’il y ait assez de semences fourragères, et à ce que des unités de fabrication d’aliments du bétail soient répandues dans différentes régions et que la commercialisation des produits d’élevage soit assurée pour pouvoir mettre aisément en application cette loi, M. Rurema a fait savoir que le gouvernement veille à cela, car la disponibilisation et la diversification des semences fourragères, la multiplication des unités de fabrication du bétail et la commercialisation des produits d’élevage sont parmi les défis que les politiques ainsi que les stratégies nationales et sectorielles cherchent à relever.

« Cela transparait clairement par exemple dans les deux programmes du Plan national d’investissement agricole qui sont respectivement : l’accroissement durable de la production agricole, animale et halieutique (dans ses sept sous programmes sur huit) et la valorisation de la production et facilitation de l’accès au marché (dans ses trois sous programmes). Donc, cette loi vient appuyer la mise en œuvre des différents objectifs du gouvernement du Burundi car elle vise aussi l’augmentation des produits animaux.»Guide Rurema a ajouté que le gouvernement encourage les initiatives privées en matière de promotion de ces unités de fabrication et cherche à ce que ces unités soient multipliées et répandues dans différentes régions. Il a signalé qu’il existe déjà quelques unités de fabrication d’aliments à Bujumbura (ex : Alcovit et Mola Plus),à Gitega (Mutoyi, Centre Gitega « Karikurubu Lucien » ) et à Ngozi ( centre de Vyerwa.) M. Rurema a enfin signalé que ce projet de loi vient mettre en application le projet de l’Etat «  Ewe Burundi urambaye », un projet de planter les arbres sur toutes les montagnes.

Olivier Nishirimbere

Ouvrir