Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Lac Tanganyika> Changement de couleur des eaux

La qualité d’eau potable n’a pas été affectée

12a0a0a0a0Le ministre  de l’Environnement, de  l’agriculture et de l’élevage Déo-Guide Rurema a tenu un point de presse le mardi, 11 septembre 2018 à son siège pour  expliquer et tranquiliser la population burundaise et celle de ses environs sur le changement  de couleur des eaux du Lac Tanganyika constaté le lundi 10 septembre 2018. Il a expliqué que le changement de couleur est dû à la prédominance des algues de couleur verte.


Selon Déo-Guide Rurema, les informations sur la coloration des eaux du lac Tanganyika circulaient sur les réseaux sociaux, le ministère a dépêché les services techniques qui ont fait le même constat. Des analyses ont été effectuées dans différents laboratoires et au niveau de la Regideso pour voir si la qualité d’eau potable n’a pas été affectée. Les résultats ont montré que la qualité d’eau n’a pas été modifiée et selon les analystes, cette couleur s’observe au niveau de la surface et n’arrive pas en profondeur, alors que le captage de la Regideso se fait à 25 m de profondeur. Les pêcheurs rencontrés se réjouissent de ce changement de couleur car, il est bénéfique pour la production du poisson. Ces pêcheurs ont témoigné que ce phénomène a été observé déjà en 2008.M. Rurema a profité de cette occasion pour informer l’opinion nationale et internationale que cette couleur verte est un phénomène naturel, qui ne nuit pas à la santé humaine, qu’il est plutôt responsable de la multiplication d’algues, constituant la nourriture des poissons. Il se réjouit en outre de la sensibilité de la population sur les questions de l’environnement et a profité de cette occasion pour  les encourager à suivre de près les questions environnementales car, l’environnement nous concerne tous. Il a enfin lancé un appel vibrant à toute la population de continuer à protéger ce patrimoine commun en respectant la zone tampon qui constitue une zone de frayeur pour la multiplication des poissons et d’éviter la pollution du lac Tanganyika. Aux pêcheurs, il a recommandé de ne pas utiliser le matériel prohibé lors de la pêche, car, selon les spécialistes en la matière, un kilogramme d’alevins, si on les laisse grandir, produit une tonne de poissons. Pour cela, il a demandé aux services habilités, en collaboration avec l’administrations de décourager cette mauvaise pratique constituant une contrainte à l’augmentation de la production, au moment où des efforts sont en train d’être déployés aussi bien dans le lac Tanganyika que dans les étants piscicoles du pays pour augmenter la production du poisson et améliorer ainsi l’alimentation de la population.
Aline Nshimirimana

Ouvrir