Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MARCHE COTEBU>Etalage des marchandises dans des endroits insalubres

Les clients se lamentent et craignent pour leur santé

 

IMG 4044L’insalubrité autour du marché de Ngagara communément appelé Cotebu menace les vendeurs qui étalent leurs marchandises tout près. La rédaction du quotidien burundais d’information Le Renouveau s’est rendue sur les lieux pour se rendre compte de l’état de salubrité qui y règne.  

 

Sur la route pavée se trouvant derrière le marché Cotebu s’observent des immondices. Les vendeurs exercent leur activité sans problème comme si de rien n’était. Quand on y arrive, l’endroit est dans une situation déplorable. Des immondices sont éparpillées dans la rue près des marchandises. Ces dernières proviennent des écorces utilisées pour protéger des tomates et d’autres genres d’ordures. Jacqueline Harerimana, une des vendeuses que nous avons interrogée a indiqué qu’elle est dans cet endroit parce qu’elle n’a pas de moyens pour se payer un stand à l’intérieur du marché. Pour elle, travailler dans de telles conditions est vraiment difficile. Si rien n’est fait, les vendeurs et leurs clients fréquentant cet endroit risquent d’attraper des maladies liées aux mains sales. Sur la route pavée se trouvant derrière le marché Cotebu s’observent des immondices. Les vendeurs exercent leur activité sans problème comme si de rien n’était. Quand on y arrive, l’endroit est dans une situation déplorable. Des immondices sont éparpillées dans la rue près des marchandises. Ces dernières proviennent des écorces utilisées pour protéger des tomates et d’autres genres d’ordures. Jacqueline Harerimana, une des vendeuses que nous avons interrogée a indiqué qu’elle est dans cet endroit parce qu’elle n’a pas de moyens pour se payer un stand à l’intérieur du marché. Pour elle, travailler dans de telles conditions est vraiment difficile. Si rien n’est fait, les vendeurs et leurs clients fréquentant cet endroit risquent d’attraper des maladies liées aux mains sales. Mme Harerimana a également signalé que pendant la période pluvieuse, des odeurs nauséabondes commencent à se dégager et les clients ne viennent plus faire les achats comme pendant la période sèche. Elle a demandé que ceux qui sont chargés d’enlever les immondices viennent plus souvent pour qu’ils continuent à travailler normalement et qu’ils ne tombent pas malades à cause des saletés qui s’y trouvent. La sensibilisation à l’endroit de ces vendeurs est nécessaire, pour les interpeller à changer de comportement et de mentalité. Il faut qu’ils évitent de jeter les immondices n’importe où car la propreté mérite la part de tout un chacun pour prévenir les maladies. C’est à dire que ces immondices devraient être jetées dans des endroits appropriés afin de faciliter la tâche à ceux qui sont chargés de les collecter. Cela permettra de garder leur lieu de travail propre pour que les clients continuent à venir sans se lamenter. 
Sonia Busogoro (stagiaire) 

Ouvrir