Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMENTAIRE> Le trafic d’êtres humains : un phénomène à bannir

Le trafic d’être humains est un phénomène qui fait parler de lui au Burundi  depuis quelques années. On ne cesse de dénombrer des personnes arrêtées qui se rendaient vers les pays du Golfe. Ce sont notamment les femmes et les jeunes filles qui sont souvent victimes de ce phénomène. Une des raisons avancées par ces dernières est qu’elles partent pour chercher du travail à Oman ou en Arabie Saoudite. Comme le soulignent les rescapées de ce trafic, au lieu d’avoir l’argent qu’ils recherchent, ces gens qui se rendent dans ces pays sont plutôt maltraités et exploités sexuellement. Le trafic d’être humains est un phénomène qui fait parler de lui au Burundi  depuis quelques années. On ne cesse de dénombrer des personnes arrêtées qui se rendaient vers les pays du Golfe. Ce sont notamment les femmes et les jeunes filles qui sont souvent victimes de ce phénomène. Une des raisons avancées par ces dernières est qu’elles partent pour chercher du travail à Oman ou en Arabie Saoudite. Comme le soulignent les rescapées de ce trafic, au lieu d’avoir l’argent qu’ils recherchent, ces gens qui se rendent dans ces pays sont plutôt maltraités et exploités sexuellement. Avec ce phénomène, ce qui est étonnant est qu’il y a même des femmes qui n’hésitent pas à abandonner leurs familles, c'est-à-dire leurs maris et leurs enfants, pour partir à l’aventure, sans toutefois savoir ce qui les attend, une fois arrivées dans ces pays. Il est aussi déplorable qu’en plus de l’exploitation sexuelle, ces enfants trafiqués subissent des prélèvements d’organes, comme le rein, le cœur et  le foie qui sont vendus très cher. Plus d’un se posent pas mal de questions pour  savoir pourquoi ce sont souvent les filles et les femmes qui sont souvent victimes de ce sale trafic ? Est-ce que ce sont elles qui ont le plus besoin de trouver de l’emploi que les hommes ? Est-ce que, jusqu’à maintenant, elles n’ont pas encore entendu le sort que subissent les gens qui se rendent dans ces pays ?Actuellement, malgré les efforts fournis pour éradiquer ce fléau, il est remarquable qu’il reste toujours d’actualité et que son ampleur tend à s’amplifier. Il sied, toute fois, de saluer les efforts fournis et le travail abattu par les corps de sécurité en appréhendant ceux qui se rendaient à Oman et dans d’autres pays du Golfe et leurs trafiquants. En définitive, la lutte contre ce trafic ne peut pas être délaissée à la police seulement, il faut que tout le monde se lève pour éradiquer ce fléau. Il serait aussi pertinent d’augmenter les campagnes de sensibilisation à l’endroit de la population pour que les gens comprennent que contrairement à ce qu’ils croient pouvoir gagner dans ces pays, ils se heurtent plutôt à un calvaire et qu’au lieu d’avoir la meilleure vie qu’ils recherchent, ils mènent plutôt une vie pénible jusque même à la perdre.
Astère Nduwamungu

Ouvrir