Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMERCE> Reprise de la commercialisation des petits ruminants

Un ouf de soulagement pour les commerçants et les consommateurs

 

DSC05043La peste des petits ruminants s’est manifestée au Burundi au mois de décembre 2017. Dès lors, le ministère de l’Environnement, de l’agriculture et de l’élevage avait pris des mesures de restriction du mouvement des petits ruminants, d’abattage et de leur commercialisation et a indiqué qu’elles seront levées à partir du 13 juin 2018. C’est un ouf de satisfaction pour les commerçants et les consommateurs. 

 

Depuis la manifestation de la peste des petits ruminants au mois de décembre 2017, le ministère en charge de l’élevage a mis en œuvre la stratégie nationale pour le contrôle et l’éradication de cette maladie. Lors de la conférence de presse donnée par le ministre en charge de l’élevage, Déo Guide Rurema, en date du 4 juin 2018, il avait indiqué que les mesures prises pour l’éradication de la peste des petits ruminants seraient levées le mercredi 13 juin 2018.La rédaction du journal Le Renouveau s’est rendue ce mercredi 13 juin 2018 à l’endroit où sont vendus les petits ruminants pour faire le constat. Il a été remarqué  que la commercialisation des petits ruminants a été reprise.  Comme le responsable du marché des petits ruminants situé près du lycée SOS en commune urbaine de Ntahangwa, Vincent Barutwanayo, l’a indiqué, les commerçants des petits ruminants avaient cessé cette activité. « Nous commercialisions au ralenti les petits  ruminants en provenance de Ngozi et Muyinga qui se munissaient de certificats tenant lieu d’origine des animaux, a-t-il dit. Les acheteurs venaient au compte-gouttes de peur d’acheter des chèvres et des moutons atteints de la peste.Avec l’arrêt de cette mesure, M.Barutwanayo a fait savoir que les commerçants et les consommateurs de ces petits ruminants sont très ravis. « Nos activités vont continuer normalement », a dit M. Barutwanayo. A notre arrivée, les petits ruminants étaient nombreux par rapport  aux jours précédents. Mais comme c’était le premier jour, ces animaux domestiques s’achetaient à des prix exorbitants.  M. Barutwanayo a précisé que leurs prix vont se stabiliser à partir de la semaine prochaine.
Martin Karabagega

Ouvrir