Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Jardins autour des maisons> Leur valorisation

Jardins autour des maisons> Leur valorisation

 

IMG 064548Autrefois, beaucoup de personnes qui ont leurs maisons dans la municipalité de Bujumbura plantaient des fleurs, du gazon  et des arbres pour embellir leurs jardins se trouvant tout autour de leurs maisons. Mais aujourd’hui, c’est le contraire, il y a une valorisation de ces jardins en plantant des légumes et des fruits.  

 

Dans le temps, dans la municipalité de Bujumbura, il était rares de trouver à l’intérieur des clôtures, des potagers.  Mais aujourd’hui, rares aussi sont les propriétaires qui n’exploitent pas le moindre espace qui s’offre après avoir bâti leurs parcelles. Des champs minuscules de légumes et des arbres fruitiers constituent désormais le décor des jardins autour des maisons.Dans un entretien que la rédaction du journal « Le Renouveau » a eu dernièrement avec quelques propriétaires des maisons de la zone urbaine de Gihosha, un de ceux-ci a dit qu’autrefois beaucoup de gens ne savaient pas comment  rentabiliser leurs jardins.  « Certaines personnes préféraient y planter des fleurs odorantes, du gazon des d’arbres qui donnent du vent en disant qu’elles veulent embellir leurs parcelles. Elles ne pensaient pas à y planter des légumes ou des fruits pour ne pas dépenser  de l’argent en les achetant aux marchés en cas de besoin. Ces personnes payaient aussi beaucoup d’argent pour les jardiniers qui entretenaient ces jardins. Les dépenses d’entretien étaient vraiment énormes ». Comme il continue de le dire, il y a aujourd’hui une évolution. On essaie de valoriser ces jardins. « Les conditions économiques des familles et du pays poussent plus d’un à produire autour de sa maison le maximum de ce dont il a besoin, surtout les légumes et les fruits. C’est pourquoi, le gazon et les fleurs sont remplacés par des légumes et fruits dans nos jardins. Ma famille n’achète pas de légumes au marché. Elle consomme ceux qu’elle a produits. C’est le même cas pour les fruits, quand c’est la période de maturité», a déclaré un propriétaire d’un ménage de la zone urbaine de Gihosha. Malheureusement, les espaces sont très exigus mais les propriétaires essayent de les exploiter tels qu’ils sont. « Quand on a un espace libre d’un mètre carré, on peut consommer les légumes produits sur cette superfice pendant plusieurs jours », a révélé B.N.

EVELYNE HABONIMANA

Ouvrir