Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE MUYINGA> Visite des champs modernes de maïs par le ministre en charge de l’agriculture

 La récolte attendue sera très bonne

0bba01Le ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema, a visité les champs modernes de maïs, le lundi 27 novembre 2017, dans les marais de Icizanye sur 11 hectares et Nyabibugu sur 15 hectares appartenant à des habitants  des communes   respectives de Butihinda et Mwakiro de la province de Muyinga. La récolte attendue sera très bonne.


Les champs modernes de maïs des habitants des communes Butihinda et Mwakiro visités par le ministre en charge de l’agriculture  ont été initiés par le programme Amashiga de l’organisation non-gouvernementale CRS (Catholic relief services). Dans une interview accordée aux journalistes, après la visite de ces champs modernes de maïs, le ministre en charge de l’agriculture, Déo Guide Rurema, a indiqué que la lutte contre la faim ou la pauvreté ne s’exprime pas seulement par la parole . Ce sont plutôt les actions ou les politiques qui se matérialisent par des travaux concrets sur le terrain. C’est la raison pour laquelle le gouvernement burundais a fait tout son possible pour prioriser les politiques  qui aident les populations. Il s’agit, notamment de la  subvention des engrais chimiques, des semences améliorées, sans oublier la politique de régionalisation des cultures. Heureusement, a précisé M. Rurema, parmi les partenaires qui sont sur terrain, la CRS a bien compris le bien-fondé de ces programmes. La CRS, a collaboré avec l’administration et les techniciens du ministère en charge  de l’agriculture  pour mettre en place les champs modernes de maïs  qui matérialisent la régionalisation  des cultures. Cette expérience donne l’espoir que le ministère de l’Agriculture et de l’élevage va essayer de dupliquer cette bonne leçon trouvée dans les marais sur les collines. M. Rurema a invité les autres partenaires à emboîter le pas à CRS.


Deux ONG suspendues.

Répondant à la question de la suspension des activités de deux ONG Tuburura et Prana, M.Rurema a indiqué que le gouvernement a trouvé, d’après les plaintes de la population, que Prana avait distribué des semences de maïs et de haricot pourries et charançonnées. Et, Tuburura prélevait les frais d’encadrement, mais aussi les frais du taux de distribution des engrais chimiques. Comme c’est connu, l’encadrement par les techniciens du ministère en charge de l’agriculture au niveau de la population est gratuit. Les engrais chimiques ont été subventionnés par le gouvernement burundais, raison pour laquelle il ne peut pas accepter que des organisations viennent dérouter ses programmes et ses initiatives.M. Rurema a lancé un appel vibrant aux autres partenaires pour informer que le gouvernement burundais ne tolérera jamais les organisations qui seraient en train de distraire la population au lieu de les engager dans le développement. Il a indiqué qu’à partir de bonnes leçons déjà constatées, il va inviter les gouverneurs et les Directeurs provinciaux de l’agriculture et de l’élevage à venir à Muyinga pour  prendre connaissance de ce que les autres sont en train de faire.Avec l’exploitation intensive des marais, la population a adressé au ministre la requête d’avoir des hangars de stockage. A cette question, M. Rurema a indiqué qu’il a instruit les directeurs généraux des différents départements  de faire la planification pour que, dans le plan d’action de 2018, ces activités  soient inscrites dans celles  qui seront exécutées dans la province de Muyinga.
Martin  Karabagega

Ouvrir