Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

OAG> Café de presse sur la nécessité d’accroissement du budget du ministère de la Justice

Pour promouvoir une justice saine, accessible, rapide et équitable pour tous

 

IMG 2712Dans le but de promouvoir et  favoriser l’accès à la justice aux justiciables au Burundi, l’Observatoire de l’action gouvernementale (OAG) en collaboration avec l’Association des juristes catholiques du Burundi (AJCB), a organisé, le mardi 10 octobre 2017, un café de presse sur la nécessité de l’accroissement du budget alloué au ministère de la Justice. Et beaucoup d’éclaircissements sur la prestation des services dans ce ministère ont été donnés par les différents intervenants dans ce  secteur. 

 

Dans son mot liminaire, Jérôme Niyonzima, vice-président de l’OAG, a indiqué que le bon fonctionnement de la justice contribue  à la consolidation d’un Etat de droit,  lequel se construit sur une justice saine, source d’une paix durable et du développement intégral. M. Niyonzima a ajouté que le gouvernement du Burundi s’est engagé, à travers sa politique sectorielle quinquennale 2017- 2020, de promouvoir une justice indépendante, équitable et accessible pour tous. «Et des efforts louables ont été fournis pour améliorer l’accès à la justice car cette politique figurait parmi les grandes priorités du ministère de tutelle. Mais, le maigre budget alloué à ce dernier est l’une des principales causes du faible accès à la justice au Burundi », a précisé M. Niyonzima, tout en informant que selon une étude qui a été faite, ce budget reste  toujours en deçà des besoins et des ambitions du ministère ayant la justice dans ses attributions.Un guide de justice est déjà mis en place pour une bonne orientation des justiciablesA la question de savoir si le ministère de la Justice pourra relever les défis liés à la prestation de leurs services, l’un des intervenants dans le secteur de la justice qui participait à la réunion, a indiqué qu’il n’y a pas de défis dans la prestation de  services au niveau dudit ministère car la justice est rendue sur tout le territoire national. Il a en plus informé que depuis l’année 2006, il y avait 21 000 dossiers d’arriérés non encore traités. « Mais, jusqu’aujourd’hui, 18 000 dossiers parmi ces arriérés ont été déjà traités et analysés. Et le ministère de tutelle s’est engagé à ce que, d’ici le mois de juin de l’année prochaine, tous les dossiers arriérés soient déjà traités », a-t-il affirmé.S’agissant de la cause de la non confiance des justiciables en la justice burundaise, le  même intervenant a signalé que le ministère de tutelle a déjà mis en place un guide de justice. « Ce dernier est déjà traduit en langue nationale (le kirundi), et est en train d’être distribué  au niveau de toutes les communes et provinces du pays afin que les justiciables puissent connaitre où s’orienter en cas  d’une ou telle autre difficulté», a-t-il renchéri.

Avit NDAYIRAGIJE

Ouvrir