Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

SENAT> Questions orales adressées à la ministre de l’Education

Les élèves autodidactes pourront être rétablis dans leur droit

 

aaahahahabqzsd Lors de la séance plénière du jeudi 13 juillet 2017, les membres de la chambre haute du parlement burundais ont adressé des questions orales à la ministre de l’Education, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Janvière Ndirahisha. Ces questions étaient relatives aux lamentations des élèves autodidactes qui n’ont pas eu le droit de refaire le concours national dans certaines directions provinciales de l’Enseignement.


 Les sénateurs ont évoqué certaines imperfections au niveau de l’enseignement fondamental, notamment celle des élèves autodidactes qui n’ont pas été appelés pour passer le concours de certification et d’orientation, édition 2017, alors qu’ils s’étaient faits inscrire. Ce sont des élèves de 10e année qui ont raté le concours de l’édition 2016.
Les sénateurs ont voulu savoir ce que le ministère ayant l’éducation dans ses attributions préconise de faire pour que ces élèves soient rétablis dans leur droit. La plupart d’entre eux ont émis une suggestion de donner la deuxième chance à ces élèves de passer le concours.
ahahanqkshd La ministre Ndirahisha a d’abord mentionné que ces élèves ont été rayés des listes pour différentes raisons. Il y a certains qui se sont fait inscrire dans d’autres écoles qui ne disposent pas de leurs dossiers et d’autres qui n’ont pas réussi ni aux examens d’écoles ni au concours. Il a également été observé certains directeurs qui n’ont pas transmis les listes des élèves de peur que le taux de réussite ne chute afin d’être décommissionnés si le taux de réussite au concours va en dessous de 30%.
A la question de donner la deuxième chance de passation du concours, Mme Ndirahisha a répondu en disant que le ministère va étudier cette proposition pour trouver la solution à prendre. Selon elle, le ministère va inventorier cas par cas la responsabilité de chaque élève.
D’autres problèmes ont été relevés, notamment l’insuffisance des laboratoires pour les travaux pratiques des élèves de l’enseignement fondamental, la non-disponibilité des diplômes d’Etat de l’année 2016, les cas de grossesses non désirées qui se multiplient, le renforcement des capacités des enseignants, les problèmes dans le redéploiement des enseignants et bien d’autres préoccupations.


Eric Mbazumutima

Ouvrir