Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MEDIAS> Echanges d’expériences

Les médias chinois prônent la diversification dans l’objectivité

 

IMG 20170615 102657 2Le monde occidental décrit et la Chine et l’Afrique comme des entités arriérées où il ne se passe rien de bon, mais plus de maux. On l’a vu dans les medias occidentaux, l’image de l’Afrique est beaucoup plus celle d’un continent de guerre, de conflits sociaux, de famine et d’ignorance, alors que la plupart des dirigeants africains se donnent corps et âme pour relever la situation de leurs nations. Les medias chinois ont compris cela. A part qu’ils veulent faire connaitre au monde leur vraie image de la Chine, ils veulent aussi aider l’Afrique à être bien connue par sa vraie image. Des journalistes chinois voyageant en Afrique en témoignent.

 

Dans une visite au quotidien China Daily, les journalistes nous indiquent que dans les 36 ans d’existence de leur journal, il a fallu mettre une grande importance sur l’image de la Chine. A travers leurs publications, que ce soit sur papier ou en ligne, via les sites web, les sujets sont variés. Certains parlant de la politique de développement, d’autres, des innovations en terme économique et la promotion de la jeunesse par des pages destinées aux enfants et aux adolescents. Cela les incitant à la lecture et à l’apprentissage des langues. Ils sont ainsi ouverts au monde, connaissent d’autres peuples et d’autres histoires d’ailleurs.

CGTN, une jeune chaîne, mais devenue mondiale

Une autre visite nous conduit au CCTV (China Central Television) une chaîne de télévision nationale, où l’on découvre la chaîne CGTN (China Global Television Network), née de CCTV en décembre dernier. On apprend qu’elle a des branches un peu partout dans le monde opérant dans plus de 70 pays et régions, dans les langues comme l’anglais, le français, l’espagnol, l’arabe et le russe. Pour l’Afrique, elle est basée à Nairobi au Kenya. Le directeur adjoint du département des informations en Anglais, Li Bin, indique que le secret de leur succès en si peu de temps est dû à la collaboration avec le peuple chinois et son gouvernement. Il invite les gouvernements africains à être plus ouverts dans le monde des medias. En moins de 6 mois, CGTN affiche déjà 3 millions de téléspectateurs et 12 millions de personnes qui suivent ses vidéos en lignes, rien qu’en français.

L’objectivité dans la couverture des événements

Comme cela est dans leur objectif : montrer au monde la vraie image de la Chine, les reporters de CGTN ne cessent de sillonner le monde a la recherche de la vérité. Dans beaucoup de pays africains, via leur base au Kenya, des villages et des villes africaines sont découverts. Les peuples autochtones racontent leurs vies et leur développement face à la mondialisation. Les niveaux d’éducation étonnants des Africains aujourd’hui font objet de reportage. Une Afrique longtemps décrite comme pauvre alors qu’elle est riche, se retrouve en train d’évoluer car ses évolutions sont vues à travers la chaîne internationale CGTN Afrique. Des journalistes sont éparpillés à travers le Kenya, l’Egypte, l’Afrique du Sud, l’Ethiopie et le Nigeria pour couvrir les événements africains.
Mais à ce point, les journalistes africains visitant la maison ont émis le souhait de voir leurs pays être représentés pour aider à plus d’objectivité avec des journalistes nationaux sur place. A cela, M. Li indique que c’est le rôle des gouvernements d’être plus ouverts dans ce domaine. En attendant, il a proposé à ces journalistes d’envoyer des vidéos et des images des évènements se passant dans leurs pays qui pourraient être intéressants dans les infos de la CGTN afin de les partager avec le monde. Dans les pays comme le Kenya, les institutions sont beaucoup plus ouvertes aux medias, a-t-il indiqué.
Toutefois, CGTN entreprend d’engager des reporters locaux dans les pays africains afin d’atteindre tous les terrains et avoir des informations chaudes et sures. Les journalistes africains espèrent que le système de numérisation qui s’étend dans presque tous les pays africains va aider à la collaboration et à l’échange d’expériences entre les chaînes de télévision. Mais il faudra d’abord relever le défi des signaux car cela est un problème souvent rencontre en Afrique dans le domaine de la télévision numérique. Le rôle des gouvernements est primordial. Ainsi l’Afrique sera connue par la Chine et par le monde. La Chine aussi sera connue à travers les pays africains où certaines populations ne connaissent pas ce peuple, participant ainsi au renforcement de la coopération et à l’échange des services et des biens.
Blandine Niyongere

Ouvrir