Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ISTEEBU> Lancement de l’étude sur la santé sexuelle et reproductive des jeunes et adultes handicapés

Elle vise à documenter de façon quantitative et qualitative la vulnérabilité des personnes vivant avec un handicap

 

DSC03124L’Institut de statistiques et d’études économiques du Burundi ( Isteebu) a procédé le jeudi 15 juin 2017, au lancement de l’étude sur la santé sexuelle et reproductive des jeunes et adultes handicapés dans Bujumbura mairie communément intitulée «HANDISSR». Cette étude vise à documenter de façon quantitative et qualitative la vulnérabilité des personnes vivant avec un handicap à l’égard du VIH et des autres risques sexuels et reproductifs.

 

Dans son mot de bienvenu, le directeur général de l’Isteebu, Nicolas Ndayishimiye a indiqué que cette étude vise à documenter de façon quantitative et qualitative la vulnérabilité des personnes vivant avec un handicap à l’égard du VIH et des autres risques sexuels et reproductifs. « A cet effet, HANDISSR répond à un besoin de données fiables pour une meilleure inclusion des personnes vivant avec un handicap dans l’offre de services et de soins de Santé sexuelle et reproductive, y compris la lutte contre le VIH », a-t-il ajouté.

Les personnes vivant avec un handicap constituent une population non négligeable

L’assistant du ministre à la Présidence chargé de la Bonne gouvernance et du plan, Jean Bosco Ntahimpera, a , dans son discours d’ouverture, indiqué que les personnes vivant avec un handicap constituent une population non négligeable au Burundi. En effet le recensement de la population et de l’habitat de 2008 estimait à près de 5 % son poids démographique. Pourtant, force est de constater que beaucoup d’efforts restent à faire pour rendre effective l’intégration complète des personnes vivant avec un handicap dans la société, dans les politiques publiques en général et les politiques et les programmes de santé sexuelle et reproductive en particulier, y compris ceux relatifs à la riposte contre le VIH. Il a précisé que cette situation ne permet pas de maximiser la contribution des personnes vivant avec un handicap à la production des richesses dans notre pays. L’une des raisons de ce manquement est liée au manque de données fiables sur la population des personnes vivant avec un handicap.
Il a souligné que l’étude HANDISSR va, certainement apporter une contribution indicative pour combler ce manque de données fiables puisqu’elle vise à documenter de façon quantitative et qualitative la vulnérabilité des personnes vivant avec handicap à l’égard du VIH et des autres risques sexuels et reproductifs.
Emélyne Iradukunda

 

Ouvrir