Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FEBUKA> Entretien avec le président


Sur la sélection de l’équipe qui va participer à la compétition d’Afrique

 

aaqqxsq La Fédération burundaise de karaté (Febuka) est dans la phase de sélectionner l’équipe nationale qui va représenter le pays dans le championnat d’Afrique qui est prévu du 29 mai au 5 juin 2017 à Yaounde.

 

 Dans un l’entretien que le quotidien, «Le Renouveau» a eu avec le président de la Febuka, Sensei Christophe Nkurunziza, a fait savoir que dans les entraînements qui se font surtout le weeke-end, on vise la sélection des meilleurs joueurs qui seront capables de bien représenter le Burundi dans le championnat d’Afrique. Il dit qu’il s’asseoit ensemble avec les capitaines des équipes pour suivre de près les joueurs selon les catégories à pouvoir sélectionner ceux qui vont représenter le pays valablement.
A voir l’état d’avancement des préparatifs pour cette compétition, le président de la Febuka nous rassure qu’il a l’espoir que l’équipe nationale va bien se comporter étant donné que le Burundi garde la première place dans la zone 5. « Le niveau de notre équipe nationale de karaté a augmenté surtout après le stage de perfectionnement technique qui a été effectué par l’expert, Sensei Farid qui provenait de l’Oman. Ce stage a beaucoup amélioré le niveau de nos joueurs surtout au niveau du kumité et au niveau de la démonstration du kata. »

Combien de joueurs comptez-vous selectionner ?

« Normalement, on prend un joueur par catégorie. On va donc choisir les meilleurs, catégorie par catégorie, aussi bien dans le kata que dans le kumité pour les hommes et pour les filles.»
Le président de la Febuka a fait savoir qu’ils ont soumis la question au ministère de la Jeunesse, des sports et de la culture pour participer à cette compétition surtout matériellement et que ce dernier a répondu par une promesse malgré le peu de moyens disponible. «Si l’équipe nationale de karaté n’est pas soutenue, c’est une grande perte pour le pays, mais si on la soutient c’est l’image du Burundi qui s’en ressentira. Il a terminé en demandant à quiconque serait capable de poser un geste, si petit soit-il, de le faire pour que l’équipe nationale de Karaté s’améliore davantage. On aura, non seulement développé le niveau du karaté au Burundi, mais aussi le pays va être connu davantage.


Olivier Nishirimbere

Ouvrir