Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENTRETIEN> Lycée Murore

«Quelques mesures ont été prises pour relever le niveau de réussite»

aaahdkDeux élèves seulement sur 97 ont eu la moyenne au test de 1ère au lycée Murore. Quelques mesures ont été mises en œuvre pour relever le niveau de réussite, notamment en encourageant les élèves à fréquenter la bibliothèque et à bien gérer le temps réservé à l’étude personnelle. Toutefois, la restauration des élèves reste un défi.
Le lycée Murore est une école publique à régime d’internat située en commune Gisagara dans la province de Cankuzo. Selon Gratien Nitunga, directeur dudit lycée, 394 élèves sont logés et nourris par cet établissement, ils sont répartis en trois sections disponibles à cet école à savoir la section pédagogique, celle des langues et celle des sciences. « L’année passée, nous avions 97 lauréats des classes de premières mais, deux candidats seulement ont pu avoir 50% au test national.», a-t-il déploré. Il a fait savoir que la classe de 10è contenait 36 élèves et tous ont été orientés. Quant à la classe de 9è fondamentale, 17 élèves sur 25 ont été orientés.
Notre interlocuteur a précisé que l’école a des professeurs qualifiés mais, que leurs charges horaires sont élevés car, il y a trois professeurs qui ont été promus au début de cette année scolaire et qui n’ont pas été encore remplacés. Il a reconnu que le niveau de réussite des élèves de cet établissement n’est pas satisfaisant mais que quelques mesures ont été mises en œuvre pour relever le niveau de réussite au test national. «Cette année scolaire, nous avons renforcé l’encadrement surtout en encourageant les élèves à fréquenter la bibliothèque et à bien gérer le temps réservé à l’étude personnelle. Nous avons multiplié les devoir dirigés qui sont programmés le lundi et mercredi après midi.», a-t-il souligné.

La restauration des élèves est un grand défi
« Notre école connaît des problèmes pour la restauration des élèves comme les autres établissements publics. Les dettes envers nos fournisseurs augmentent chaque jour et nous perdons la crédibilité envers eux.», a indiqué M. Nitunga. Il a expliqué que le soleil accablant qui a détruit les récoltes a aggravé la situation. « Nous essayons de cultiver sur les propriétés de l’école. Par exemple, nous avons cultivé la patate douce et le manioc dans les marais où nous avons pu récolter 4 tonnes de patates douces et 1 tonne de manioc. Et, la prochaine récolte sera au mois de juin.», a-t-il dit.
GRACE-DIVINE GAHIMBARE

Ouvrir