Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Gouvernement du Burundi> Inhumation de l’ex-ministre de l’Environnement Emmanuel Niyonkuru

Tous les intervenants ont salué tout ce qu’il a fait pour le Burundi

 

emmaEn collaborations avec la famille de l’ex- ministre de l’eau, de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, Emmanuel Niyonkuru, le gouvernement du Burundi a organisé, le mardi 10 janvier 2017, les cérémonies d’inhumation de ce dernier. Il a été enterré au cimetière de Mpanda dans la place réservé aux dignitaires. Tous les intervenants ont salué sa bonne cohabitation avec les autres et on apprécié ses bonnes préstations dans différents services du gouvernement où il a exercé ses fonctions.

 

Lesdites cérémonies ont débuté par le recueillement devant le cercueil de feu ministre Emmanuel Niyonkuru par différentes autorités, dont le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza ; les représentants de différentes institutions du gouvernement du Burundi ainsi que les membres et les amis de sa famille. La messe de requiem a eu lieu à la cathédrale Régina Mundi et a été dite par le vicaire général, Mgr Anatole Ruberinyange. Dans son homélie, il a rappelé que la vie qu’on mène sur cette terre nous a été donnée gratuitement par Dieu et qu’un jour nous allons lui rendre compte de ce que nous avons fait sur terre. Selon lui, nous allons également rendre compte à Dieu de comment nous avons utilisé les différents dons et surtout l’amour qui nous ont été donné et légué par Jésus Christ.
Mgr Ruberinyange a ajouté qu’ au Burundi il y a des croyants et des non croyants. Il sied pour les croyants et les chrétiens de différentes confessions religieuses d’évaluer notre comportement et voir ce que nous avons de plus que les non croyants. Parlant des tueries, il a invité les chrétiens à prier Dieu pour qu’il convertisse tous ceux qui planifient de tuer ou de faire du mal à autrui mais aussi qu’il éradique la tuerie au Burundi et dans le monde entier. Il a aussi fait savoir qu’on peut tuer par des mots en médisant les autres ou en les dénigrant. D’où il a invité les chrétiens à éviter des mauvais mots car là aussi ils auront des comptes à rendre à Dieu pour les mots qu’ils ont utilisés sur terre. Il a enfin demandé à tout le monde de prier pour ceux qui ont tué le ministre Emmanuel Niyonkuru pour qu’ils soient délivrés de cet esprit de tuerie.

« C’est tout le pays qui a perdu »

Les cérémonies qui ont vu la participation du gouverneur du Sud Kivu en République démocratique du Congo (RDC), ont se sont poursuivies au cimetière de Mpanda où tous les intervenant ont déploré la mort tragique de feu ministre Emmanuel Niyonkuru. Ils ont aussi salué la bravoure et la droiture de l’ex-ministre de l’Environnement et surtout sa bonne cohabitation avec les autres. Selon certains, suite à sa bonne cohabitation, il n’avait jamais demandé une garde car il ne se sentait pas en danger du fait qu’il n’était en conflit avec personne. Au nom du gouvernement, le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, a indiqué que feu ministre Niyonkuru a beaucoup servi le pays depuis la fin de ses études. Il a également indiqué que ce n’est pas sa famille seule qui perd, mais que c’est aussi tout le Burundi qui perd son citoyen. Tout en demandant aux services habilités de tout faire pour faire aboutir les enquêtes, il a promis à la famille éprouvée que ceux qui l’ont tué seront bientôt connus.
Le ministre Emmanuel Niyonkuru a été assassiné dans la nuit du 31 décembre 2016.

ASTERE NDUWAMUNGU

 

Ouvrir