Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EMPLOIS > Situation de l’emploi des jeunes au Burundi

«Plus on a un diplôme élevé, plus on a des problèmes à être embauché »

 

emUne étude sur l’état des lieux en matière de l’emploi des jeunes au Burundi montre des disparités d’accès au travail selon les régions, les caractéristiques sociodémographiques, le niveau de formation, etc. Et pour ce qui est des facteurs liés à la formation, plus on a un diplôme élevé, plus on a des problèmes à être embauché comme il en est le cas pour les jeunes n’ayant aucune formation.

 

Le consultant Aloys Nivyimana qui a présenté le rapport de l’étude sur l’état des lieux de l’emploi des jeunes au Burundi a souligné que compte tenu des effectifs importants des jeunes sur le plan national, l’étude sur l’état des lieux en matière de l’emploi des jeunes au Burundi a travaillé sur un échantillon de 790 jeunes. Pour essayer de faire une représentativité géographique, le Sud a été représenté par la province Makamba, le centre a été représenté par Gitega, le Centre-ouest par la province de Bujumbura, l’Est par Cankuzo, le Nord par Ngozi et Bujumbura mairie a été considérée pour représenter le milieu urbain.
M. Nivyimana a fait savoir que le rapport sur cette étude montre que le Centre compte 47,5% de jeunes ayant l’emploi contre 52,5% qui ne travaillent pas. Le Centre est compte 44,6% de jeunes qui ont un emploi contre 55,4% qui sont sans emploi. Le Centre-ouest compte 25% seulement de jeunes qui travaillent contre 75% qui n’ont pas d’emploi. Le Nord compte 45,1% de jeunes ayant un emploi contre 54 ,9% qui n’en ont pas. Dans le Sud, on a enregistré un record de 61,9% de jeunes qui travaillent contre 38,1% quii ne travaillent pas et la municipalité de Bujumbura compte 34.6% seulement de jeunes qui ont un emploi contre 65,4% qui n’en ont pas. En effectuant la moyenne nationale en milieu rural, le rapport fait état de 44.8% de jeunes qui ont un emploi contre 55.2% de jeunes qui n’en ont pas tandis qu’en milieu urbain, les chiffres montrent que 34 ;6% de jeunes ont un emploi contre 65,4% de jeunes en chômage.

Les jeunes femmes sont moins embauchées que les jeunes hommes

Au niveau des caractéristiques sociodémographiques des jeunes, le rapport montre que les jeunes femmes sont moins embauchées que les jeunes hommes. En effet, en effectuant la moyenne nationale par rapport aux milieux de résidence, 66,4% de jeunes hommes sont en emploi contre seulement 33,6% de jeunes femmes en emploi. Au niveau des indicateurs liés à la durée du chômage et au niveau d’instruction, la moyenne nationale montre que les jeunes primo-demandeurs d’emploi (moins de 5 ans de chômage) sont en majorité des jeunes ayant terminé le deuxième cycle des humanités, soit 61,3% et ceux ayant le diplôme universitaire à 18,9%. Au niveau des chômeurs enregistrant une durée de 5 à 10 ans, le taux des jeunes ayant un niveau universitaire stagne à 18,8% et celui des jeunes n’ayant aucune formation montre plutôt de 2% à 6,2% au moment où ceux ayant terminé le deuxième cycle du secondaire enregistrent une tendance à la baisse de 61,3% à 42,2%. Donc, plus on a un diplôme élevé, plus on a des problèmes à être embauché comme il en est le cas pour les jeunes n’ayant aucune formation.
En ce qui concerne la répartition des jeunes selon les secteurs d’activité, le rapport montre que le secteur privé est le plus grand pourvoyeur d’emploi et occupe 77,74% des jeunes contre seulement 26,26% pour le secteur public. En répartissant les jeunes employés selon les secteurs primaire, secondaire et tertiaire, l’étude a montré qu’en milieu rural, 19,8% des jeunes sont dans le secteur primaire, 24% dans le secondaire et 56,2% dans le tertiaire. En milieu urbain, 30% des jeunes sont employés dans le secteur primaire, 12,5% dans le secondaire et 57.5% dans le tertiaire.
Les jeunes interrogés jugent très préoccupante la situation du chômage et du sous emploi respectivement et reconnaissent leur responsabilité dans le chômage qu’ils endurent.

Grâce-Divine Gahimbare

 

Ouvrir