Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Clin d’œil> Escroqueries dans la municipalité de Bujumbura

Dans différents quartiers de la municipalité de Bujumbura, des gens animés de mauvaise foi ne cessent  pas  d’inventer différents types d’escroquerie. Ces gens ont pour but de voler des biens d’autrui par force ou par ruse. Pour y parvenir, certains escrocs utilisent des armes blanches ou à feu.  Les gens qui vivent dans ces quartiers demandent au ministère en charge de la sécurité publique de replacer les positions policières dans des coins obscurs.

Dans les quartiers de Kanyosha, Cibitoke et Gihosha, des gens animés de mauvaise foi inventent différents types d’escroquerie. Certains se placent dans des endroits plus fréquentables. Ils essaient de convaincre quelques passagers en leur promettant des faveurs s’ils les aident dans tel ou tel autre service demandé. Si ces passants ne tirent pas attention, ils suivent ces voleurs. Souvent, ces derniers se dirigent dans des endroits obscurs où ils peuvent utiliser l’intimidation pour prendre par force tout ce que ces gens  possèdent.Dans d’autres cas, des escrocs s’introduisent dans différents ménages. Ils prétextent qu’ils amènent ce que le chef de ménage a envoyé. Ils s’arrangent pour donner quelque chose. Si le travailleur domestique n’est pas prudent et  les laisse entrer, ils utilisent différentes sortes de ruses pour voler ce qu’ils voient de près et se précipitent pour s’en aller. Dans beaucoup de cas, ce travailleur se rend compte  que ces gens ont pris des biens dans la maison après leur départ. Ces derniers jours,  au quartier Gihosha, deux personnes se sont placées à côté d’un arbre en face d’un dos d’âne. Ils ont arrêté brusquement le véhicule et ont demandé aux passagers de donner tout ce qu’ils ont. Au moment où le chauffeur voulait accélérer, un des malfaiteurs a tiré sur lui et tous se sont enfuis.Pour faire face à ce genre de banditisme, les habitants de ces quartiers susmentionnés sont dans le dilemme. Ils se demandent comment ils peuvent pallier à ce problème au moment où ces gens animés de mauvaise foi sont parfois munis d’armes. C’est pour cette raison qu’ils demandent au ministère en charge de la sécurité publique de replacer les positions policières dans des endroits obscurs. Car, ces derniers facilitent la tâche des malfaiteurs qui s’y cachent en vue de s’emparer des biens des passagers. Ils font un clin d’œil aux chefs de ménage d’ordonner à leurs domestiques de ne plus ouvrir à aucune personne inconnue en leur absence.

Rose Mpekerimana

Ouvrir