Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

enseignement superieur> Les conditions de vie à l’Université du Burundi

Les étudiants de l’Université du Burundi qui ne logent pas dans leurs familles apprennent à être responsable. Ce sont les propos de  ceux  qui  habitent à Kanyari  dans le quartier Kiriri  face  à  leurs conditions de  vie de locataires lors de notre entretien du lundi 17 février 2020. Ils ont parlé des difficultés liées à l’irrégularité du prêt-bourse.

Certains étudiants nouveaux venus à l’université  savent que les familles ou les connaissances vivant à Bujumbura n’ont pas assez de places pour accueillir les étudiants qui ne sont pas logés dans les campus. Cela est l’une des raisons qui poussent  les étudiants à se mettre ensemble pour louer des maisons d’habitation. Cette vie devient  facile  du fait qu’ils se sentent libres dans l’organisation de leurs activités quotidiennes. « Vivre avec les autres étudiants dans des maisons louées convient mieux que vivre dans des familles d’accueil. Ici, nous sommes libres dans nos activités. Nous nous programmons nous-mêmes dans nos activités» dit Arthémon Nkengurutse, étudiant à l’Université du Burundi, locataire à Kanyari. Selon lui, loger  en famille d’accueil entraine souvent des conflits familiaux.Jacques Minani, lui aussi étudiant locataire a le même avis que son ami. Il  affirme qu’on devient plus responsable et mûr lorsqu’on  n’est pas dans les familles d’accueil. Mais, d’après M. Minani, chaque chose a ses avantages et ses inconvénients. « Se prendre en charge pour les universitaires aide à préparer leur avenir. Le grand défi de cette vie est l’irrégularité du prêt-bourse ».  M. Minani insiste sur le fait que le retard du prêt-bourse constitue un grand défi dans leur vie quotidienne. Ils se retrouvent incapables de payer le loyer et les dettes s’accumulent.Ils demandent au gouvernement de rendre la bourse disponible de façon régulière. Signalons que  plusieurs  étudiants préfèrent vivre à Kanyari  parce que les maisons sont moins chères par rapport aux autres quartiers. De plus,  il s’agit d’un quartier proche des universités de Bujumbura.

Emelyne Gahimbare (Stagiaire)

Ouvrir