Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

marche central de ngozi> Utilisation de la facture

La plupart des commerçants œuvrant au marché central de Ngozi ont déjà connu l’importance de l’utilisation de la facture standardisée initiée par l’administration fiscale de l’Office burundais des recettes (OBR). Pour eux, l’utilisation de cette facture a permis la réduction de la fraude.

ngoA notre passage au marché de Ngozi, dernièrement, les commerçants avec lesquels nous nous sommes entretenu apprécient l’utilisation de la facture mise en place par l’OBR.Félix Nzeyimana, vendeur d’articles divers dans un magasin au marché de Ngozi, dit qu’il est satisfait de l’utilisation de la facture standardisée. « Cette facture me facilite le payement de l’impôt car je dispose d’un comptable qui m’aide à calculer les biens vendus, à travers les factures enregistrées », a-t-il mentionné. Et de souligner qu’avant la mise en place de cette facture, il ne connaissait pas exactement le montant à payer  car les anciennes factures étaient inappropriées.Une vendeuse de tissus au même marché, qui a requis l’anonymat, a indiqué que l’utilisation de cette facture a permis la réduction de la fraude. D’après elle, celui qui n’en dispose pas peut être attrapé d’un moment à l’autre. « Tout commerçant qui effectue une livraison de biens sans délivrer une facture conforme au modèle de l’OBR est passible d’une amende », a-t-elle fait remarquer.Malgré l’appréciation de la plupart des commerçants, certains d’entre eux ont fait savoir que l’utilisation de cette facturation n’est pas permanente pour tous les commerçants. « Il y en a qui les donnent seulement à celui qui les demande et d’autres qui pratiquent encore de la fraude», ont-ils dit.  D’après ces commerçants, certains n’ont pas encore compris les avantages de son utilisation malgré la sensibilisation fait par l’OBR. Lancée en 2017, la facture standardisée a été initiée par l’administration fiscale de l’OBR. Tous les commerçants ou prestataires de services sont soumis à l’obligation de délivrer une facture conforme au modèle,  faute de quoi la loi applique une amende sur les biens ou services livrés. La facture  précise l’indentification complète du vendeur et de son client, l’assujettissement ou non à la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ainsi que la nature et la quantité de la marchandise ou service vendus. Ces éléments doivent apparaître sur chaque facture émise par le vendeur.
Eric MbazumutimaLa plupart des commerçants œuvrant au marché central de Ngozi ont déjà connu l’importance de l’utilisation de la facture standardisée initiée par l’administration fiscale de l’Office burundais des recettes (OBR). Pour eux, l’utilisation de cette facture a permis la réduction de la fraude.La plupart des commerçants œuvrant au marché central de Ngozi ont déjà connu l’importance de l’utilisation de la facture standardisée initiée par l’administration fiscale de l’Office burundais des recettes (OBR). Pour eux, l’utilisation de cette facture a permis la réduction de la fraude.
A notre passage au marché de Ngozi, dernièrement, les commerçants avec lesquels nous nous sommes entretenu apprécient l’utilisation de la facture mise en place par l’OBR.Félix Nzeyimana, vendeur d’articles divers dans un magasin au marché de Ngozi, dit qu’il est satisfait de l’utilisation de la facture standardisée. « Cette facture me facilite le payement de l’impôt car je dispose d’un comptable qui m’aide à calculer les biens vendus, à travers les factures enregistrées », a-t-il mentionné. Et de souligner qu’avant la mise en place de cette facture, il ne connaissait pas exactement le montant à payer  car les anciennes factures étaient inappropriées.Une vendeuse de tissus au même marché, qui a requis l’anonymat, a indiqué que l’utilisation de cette facture a permis la réduction de la fraude. D’après elle, celui qui n’en dispose pas peut être attrapé d’un moment à l’autre. « Tout commerçant qui effectue une livraison de biens sans délivrer une facture conforme au modèle de l’OBR est passible d’une amende », a-t-elle fait remarquer.Malgré l’appréciation de la plupart des commerçants, certains d’entre eux ont fait savoir que l’utilisation de cette facturation n’est pas permanente pour tous les commerçants. « Il y en a qui les donnent seulement à celui qui les demande et d’autres qui pratiquent encore de la fraude», ont-ils dit.  D’après ces commerçants, certains n’ont pas encore compris les avantages de son utilisation malgré la sensibilisation fait par l’OBR. Lancée en 2017, la facture standardisée a été initiée par l’administration fiscale de l’OBR. Tous les commerçants ou prestataires de services sont soumis à l’obligation de délivrer une facture conforme au modèle,  faute de quoi la loi applique une amende sur les biens ou services livrés. La facture  précise l’indentification complète du vendeur et de son client, l’assujettissement ou non à la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ainsi que la nature et la quantité de la marchandise ou service vendus. Ces éléments doivent apparaître sur chaque facture émise par le vendeur.

Eric Mbazumutima

Ouvrir