Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Transport > Lancement officiel du projet de modernisation du service de contrôle technique de l’Otraco

En compagnie du ministre des Transports, des travaux publics, de l’’équipement et aménagement du territoire, le Deuxième vice-président de la République du Burundi, Joseph Butore, a lancé officiellement, le mardi 11 février 2020, le projet de modernisation des services de contrôle technique et d’octroi des permis de transport à l’Office de transport en commun (Otraco).  Il a félicité cette institution  pour ce pas franchi en matière de modernisation de ses services techniques.OTRACO

 Après avoir visité différents endroits dans lesquels ce projet sera réalisé, le Deuxième vice–président de la République a dit qu’il aura des avantages surtout liés à la qualité des services qui étaient jusque-là offerts par l’Otraco . « Il nous a été  expliqué également ce que les uns et les autres vont tirer de ce projet, en commençant par l’Etat dont la caisse connaitra une nette amélioration à travers l’Office burundais des recettes (OBR) ; les investisseurs ; la partie gouvernementale et la partie du secteur privé qui ont apporté les moyens financiers nécessaires pour que ce projet soit concrétisé ; mais aussi les usagers qui s’adressent régulièrement à l’Otraco et qui verront la qualité des services offerts améliorée ». D’après le Deuxième vice-président de la République, il faut souligner aussi que ce  projet prouve à suffisance que la formule Partenariat public-privé  marche au Burundi. « On vient de le démontrer ici à l’Otraco et notre souhait c’est que ce qui vient d’être démontré le soit en pratique non seulement au siège de l’Otraco mais aussi dans ses autres agences de l’Otraco qui sont dans certaines autres villes du pays. Je fais également allusion aux autres secteurs de développement économique parce qu’il faut se dire que ce qui est possible à l’Otraco peut l’être dans les autres secteurs du développement économique du Burundi ». En définitive, M. Butore  a lancé un appel vibrant aux autres investisseurs qu’ils n’hésitent pas et qu’ils n’aient pas peur.        « Nous sommes là pour les écouter, les accueillir, les orienter et pour nouer les relations de partenariat pour que les projets comme celui-ci soient exécutés non seulement dans le secteur de transport mais aussi dans les autres secteurs de la vie économique du Burundi ».


Astère Nduwamungu

Ouvrir