Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINISTERE EN CHARGE DE L’INTERIEUR> Point de presse sur les préparatifs des élections 2020

Le ministre de l’Intérieur, de la formation patriotique et du développement local, Pascal Barandagiye a organisé, le mardi 11 février 2020 un point de presse sur les préparatifs des élections de 2020. Il a informé que des échanges ont été faits entre les responsables administratifs et les leaders des partis politiques en vue d’assainir l’environnement électoral. Il a précisé que ces réunions ont été d’une importance capitale du fait que la paix et la sécurité règnent sur tout le territoire national et les différents partis politiques vivent dans un climat enttente et de cohésion. Il a demandé aux administrateurs communaux de délivrer les documents administratifs requis pour les candidatures sans aucune condition.

MININTER
Lors du point de presse, le ministreBarandagiye a indiqué que, dans le cadre de la préparation des élections générales prévues au cours de cette année, un cadre permanent d’échanges entre les responsables administratifs et les leaders des partis politiques a été créé en vue d’assainir l’environnement électoral. Cela a été matérialisé par la signature d’un Code de conduite entre les partis politiques, les coalitions des partis politiques, des indépendants et l’administration territoriale.M. Barandagiye a souligné que l’administration territoriale s’est engagée à renforcer le dialogue entre les parties prenantes au processus électoral en créant des créneaux de communication et d’alerte précoce. D’après lui, les réunions mensuelles institutionnalisées au niveau central avec le maire de la ville, les gouverneurs de province et les présidents des partis politiques ont été organisées depuis le mois de juin 2019 sur la conduite à tenir pendant les élections. Ces réunions ont été élargies aux jeunes des partis politiques. Elles sont été institutionnalisées également au niveau des communes et des provinces et celles-ci ont été d’une importance capitale du fait que la paix et la sécurité règnent actuellement sur tout le territoire national.  Les différents candidats des partis politiques vivent aussi dans un climat d’enttente et de cohésion sociale. Selon M. Barandagiye, il s’agit d’une première fois qu’on arrive à moins de trois mois des élections avec un climat si apaisé au  Burundi. Il a informé que ces réunions continueront même après les élections afin que la paix et la sécurité continuent à régner sur le territoire du Burundi.


Les coûts des documents doivent être respectés

En collaboration avec la Commission électorale indépendante(Ceni), une réunion à l’intention des responsables administratifs et les leaders des partis politiques à été organisée pour analyser les modalités pratiques de mise en place des conseils communaux et de présentation des documents requis pour les candidatures aux différents scrutins. Le ministre en charge de l’intérieur a demandé aux administrateurs communaux de prioriser l’activité de délivrance des documents requis, par leur disponibilité au service, le respect et l’uniformité des tarifs légaux applicables à ces documents sans aucune condition. Ils doivent éviter des tracasseries administratives de quelles que natures que ce soient contre les requérants.  Il leur a demandé aussi d’en assurer le suivi régulier dans leurs entités administratifs respectives de telle sorte que tous les requérants puissent obtenir ces documents en temps utile. « Les coûts de ces documents doivent être respectés. », a-t-il souligné.Le ministre Pascal Barandagiye a terminé son allocution en demandant aux administrateurs de respecter et d’afficher les prix des documents exigés afin que ce travail soit exécuté dans la transparence. Il a précisé que ceux qui iront contre cette décision, des mesures seront prises  à leur encontre conformément à la loi. Selon lui, les leaders des partis politiques doivent respecter les lois et l’administration doit laisser ces derniers à travailler dans la tranquillité.


JULIEN NZAMBIMANA

Ouvrir