Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

L’accès au traitement est difficile à cause des prix élevés

Le cancer est une maladie qui se manifeste tardivement. Le traitement est presque impossible au Burundi, les malades sont envoyés dans d’autres pays. Les prix sont trop élavés pour être accessibles à tous. les malades.DSC00271

 
Dans un entretien avec docteur Gabriel Nahayo, représentant de l’association « Burundi against Cancer(Buraca)», il a fait savoir qu’au Burundi, selon les études qui sont publiées par certaines organisations internationales, les cancers les plus fréquents sont le cancer du col de l’utérus, le cancer de caposi(de la peau), le cancer de la prostate chez l’homme, le cancer du sein chez la femme, le cancer du gros intestin et du rectum chez l’homme comme chez la femme.Dr Nahayo a indiqué que les cancers du col de l’utérus, de la prostate et du sein représentent 50% des cancers qui sont découverts en Afrique noire. Le diagnostic dépend des types de cancer mais tous ces cancers peuvent être dépistés. Il y a des examens de dépistage, on peut découvrir des lésions précancereuses chez une population à risque  qui n’a pas de symptômes. On peut faire le diagnostic définitif en faisant une analyse histologique, c'est-à-dire en examinant une partie prélévée au niveau de la tumeur. En général, le diagnostic est possible. Ce qui est difficile, c’est que les gens ne connaissent pas les signes d’alerte. Ce qui est grave, c’est que quelque fois, même des malades en contact avec le milieu médical peuvent ne pas bénéficier d’un diagnostic précoce alors qu’ils ont eu des symptômes assez tôt.Dr Nahayo a fait savoir qu’au Burundi, la prise en charge qui est largement accessible est la prise en charge chirurgicale. La plupart des cancers diagnostiqués tôt pourraient être traités par la chirurgie. Malheureusement, le diagnostic est souvent tardif lorsque la chimiothérapie qui est l’usage de produits qui stabilisent ou même détruisent les cellules cancereuses. La radiothérapie qui est un autre moyen de traitement assez répandu ailleurs n’est pas disponible au Burundi. On envoit les malades dans d’autres pays. Les prix sont trop élevés pour être accessibles à tous les malades. 

Quelles sont les causes des cancers ?

Dr Nahayo a fait savoir que la première raison d’attraper le cancer est due aux infections virales, essentiellement trois sortes de virus. Il y a le virus HPV, virus qui est responsable du cancer du col de l’utérus ; le virus HH8 qui est responsable du cancer de Caposi et le hélicogapter qui est responsable du cancer de l’estomac. Il y a des vaccins et des traitements qui peuvent être proposés. Le cancer du foie qui était fraquent au Burundi est en train d’être diminué parce qu’on a introduit la vaccination contre l’hépatite B. A côté des infections virales, il y a les autres causes qui peuvent être diminué par un changement de comportement. C’est le tabac qu’il faut totalement abandonner. Il faut également adopter un régime alimentaire équilibré, riche en légumes, en fruits mais qui est pauvre en graisse. Une pratique sportive suffisante pourrait aussi éviter un grand nombre de cancers.Dr Nahayo a indiqué que le gouvernement pourrait jouer un grand rôle dans la lutte contre les cancers. Le gouvernement encadre les gens et peut prendre des initiatives à grande échelle plus que les autres intervenants. Le gouvernement peut apporter des vaccins contre les hépatites virales, il peut promulguer les lois pour la lutte contre le tabac, l’alcool, etc.

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir