Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Cancer du sein > Une ancienne malade témoigne

«Les symptômes se manifestent tardivement»

00000aztryLe cancer est une maladie qui se manifeste tardivement. Beaucoup de gens n’ont pas l’habitude de consulter les médecins en l’absence de douleurs. Pour essayer de lutter contre beaucoup de maladies, les gens doivent apprendre à faire des examens médicaux régulièrement.


Les cancers de plusieurs types se manifestent au Burundi. Mais, beaucoup de gens ignorent leur existance. Ils ne pensent pas à faire des examens médicaux régulièrement afin de lutter contre certaines maladies. Dans son témoignage, Agrippine Nyandwi, représentante de l’association des personnes atteintes du cancer, a fait savoir qu’elle est tombée malade sans se soucier qu’elle avait attrapé le cancer. Elle a consulté différents médecins et ils ne parvenaient pas à croire qu’elle avait le cancer. Les médecins eux-mêmes ne pensaient pas à faire le diagnostic du cancer à temps.Mme Nyandwi a indiqué qu’elle a su qu’elle a le cancer après s’être rendu en Inde pour le diagnostic.

Les symptômes qu’elle a eus n’étaient pas très inquietants raison pour laquelle les médecins n’ont pas pensé directement au cancer. Elle a eu un ganglion au niveau des aisselles. Les soins en déhors du pays ne sont pas faciles car on doit dépenser beaucoup d’argent et on est loin de la famille pour le soutien moral. Les médicaments curatifs ne sont pas disponibles au pays, raison pour laquelle on doit aller se faire soigner dans d’autres pays. Mme Nyandwi a indiqué qu’au niveau de l’association, les membres essaient de se soutenir moralement. Pour un nouveau malade, il est aussi encouragé et doit faire beaucoup d’efforts afin de supporter les douleurs. Mme Nyandwi a demandé aux personnes atteintes du cancer de ne pas désespérer. Elles doivent suivre les conseils du medecin et prendre des médicaments convenablement.

Lucie Ngoyagoye

Ouvrir