Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MFP> Lamentation des ses affiliés à propos des médicaments de spécialité

« Le principe est de prescrire les médicaments génériques »

000cxdeLors de l’évaluation des réalisations des services du ministère des Droits de la personne humaine, des affaires sociale et du genre, le jeudi 9 janvier 2020, une note de 100% a été attribuée à la Mutuelle de la fonction publique (MFP).  Cependant, certains affiliés se lamentent qu’ils ne trouvent pas facilement des médicaments de spécialité. A ces lamentations, le ministre Martin Nivyabandi a indiqué qu’au niveau du gouvernement, le principe est de prescrire les médicaments génériques.


Dans un entretien avec la presse, le ministre ayant en charge les droits de l’Homme, Martin Nivyabandi a fait savoir que les lamentations des affiliés à la MFP ne sont pas fondées. Il a ajouté que la réalité est qu’au niveau de la MFP, la note de 100 % correspond au taux des réalisations des objectifs qu’elle s’est fixés pendant les six derniers mois. « Ces objectifs étaient d’implanter des pharmacies et des guichets au niveau de différents milieux du pays pendant les six mois écoulés (de juillet à décembre 2019). Nous avons été à Bwambarangwe en province de Kirundo, à Gashoho en province de Muyinga, dans la province de Mwaro, etc. Nous y avons implanté des pharmacies », a-t-il expliqué.

Selon ce ministre, l’orientation du gouvernement du Burundi via le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le sida  est que ce sont les génériques qui sont prescrits. « Nous sommes étonnés des lamentations à Bujumbura alors qu’au niveau de l’intérieur du pays, toutes les structures publiques sont approvisionnées par la Centrale d’achat des médicaments essentiels du Burundi (Camebu) et que c’est le générique qui est utilisé ».Comme indiqué, il s’agit, pour lui, d’une question de psychologie qui était liée à des contrefaçons. Il a heureusement rassuré que le ministère ayant la santé dans ses attributions a pris des mesures afin de combattre les contrefaçons des médicaments. Il a affirmé que le médicament générique guérit convenablement que celui dit de spécialité et que lui-même s’en est dernièrement procuré. « La spécialité s’achetait à 17 000 FBu, j’ai acheté le générique et je suis en bonne santé », a-t-il témoigné avant d’ajouter que, pour les médicaments qui n’ont pas d’équivalents génériques, la MFP a le devoir de servir à ses affiliés  ces spécialités.Selon les spécialistes, les médicaments génériques sont des médicaments dont leurs inventeurs ont déjà donné la permission pour que les autres puissent en produire mais qui guérissent convenablement comme la spécialité.                                                                                    

Moïse Nkurunziza                                            

Ouvrir