Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ENSEIGNEMENT> Journée internationale de la tolérance

Tolérance et respect mutuel : un impératif pour la survie de l’humanité

En date du 28 novembre 2019 s’est tenue au campus Mutanga, la Journée internationale de la tolérance. Plusieurs thèmes ont été  développés. Nous nous sommes interessé au thème intitulé « Tolérance et respect mutuel : un impératif pour la survie de l’humanité ». 

Selon  le doyen de la faculté des Langues et sciences humaines (FLSH), Dr Gélase Nimbona,  cette journée coïncide avec l’ouverture  solennelle du Centre de   recherche en langues,  cultures et société (Crelacs). La célébration de la Journée internationale de la tolérance a eu lieu, le jeudi 28 novembre 2017. Elle coïncide avec le lancement officiel du Crelacs. Habuellement, on célèbre cette journée le 16 novembre de chaque année. Instituée par l’Assemblée générale des Nations unies en 1995 et dediée  à la tolérance, la faculté des langues et sciences humaines (FLSH) ont profité de cette occasion pour ouvrir sollenellement le Crelacs. Il a précisé que ce centre est consideré comme un laboratoire. 

Pour le doyen de la FLSH, l’objectif principal de cette journée est clair, c’est de rappeler aux gens de respecter les valeurs fondamentales de l’humanité parmi  lesquelles on trouve la tolérance. Quant aux objectifs du Crelacs, il cite entre autre la promotion de la recherche en langues et cultures, l’assistance, la formtion des étudiants dans le domaine des langues et cultures sans oublier la diffusion  des informations. Mais il convient de dire que le Crelacs est confronté aux défis et aux contraintes liées notamment au volume horaire surchargé des chercheurs et au  manque de moyens financiers et mateliers.A la question de savoir l’influence de la tolérance  sur la société burundaise, Gélase Nimbona pense qu’il y aura un impact positif. Il dit que les Burundais doivent se reconnaître mutuellement, qu’ils doivent dépasser toutes leurs différences ethniques, régionales, religieuses, etc.Concernant les attentes de ce débat, M. Nimbona a indiqué que les hommes changeront progressivement leurs comportements féroces 

Cédric Ndayikunda (stagiaire)

Ouvrir