Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commerce> Le commerce ambulant

Problèmes rencontrés par les vendeurs de rue

00000a 1245Il ya deux ans, les autorités municipales ont interdit le commerce ambulant dans la commune Mukaza ; mais ce commerce continue dans les autres quartiers de la mairie de Bujumbura.  Ceux qui exercent  ce métier devraient porter des gilets, des badges et avoir quelques fois un extrait du registre de commerce. Depuis la mise en place de cette mesure, beaucoup de lamentations persistent.


Dans un entretien effectué dans la zone Kamenge, ces commerçants sont de plus en plus nombreux dans les différentes voies urbaines. Des jeunes hommes avec des habits (pantalons, chemises,  jupes,  culottes) soit dans la main ou dans des sacs à dos. Parmi eux, il y a ceux qui vendent des chaussures, des draps, des ceintures, des objets de cuisine, des porte-manteaux, etc.« La mairie de Bujumbura nous empêche de faire le travail alors que nous  avons des documents qui nous donnent l’autorisation d’exercer librement notre métier», a indiqué un interlocuteur.Un jeune d’aujourd’hui devrait être capable de créer l’emploi et ne pas attendre que l’Etat lui en donne un, puisque être un entrepreneur ne demande pas nécessairement un grand capital. Ce qui compte, c’est d’avoir une bonne vision. La mairie devrait encourager les vendeurs ambulants.« La mairie nous demande de nous organiser alors que nous avons une association des commerçants ambulants », a mentionné Epimaque Bucumi.Il a signalé qu’auparavent,  la police leur exigeait les  documents leur autorisant d’exercer comme commerçants reconnus.

Un extrait du registre de commerce pour les petits commerçants ambulants

Pour avoir l’extrait de registre de commerce, un ancien commerçant devrait avoir dépensé   quarante mille francs   burundais, a indiqué M. Bucumi, qui a précisé qu’il a renoncé à ce métier par peur d’être appréhendé par la police.« Les autorités municipales ne veulent plus ceux qui pratiquent le commerce ambulant, d’où elles ont interdit aux dirigeants communaux d’octroyer des extraits du registre de commerce aux commerçants ambulants », a affirmé Désiré Nintunze , un commerçant ambulant.Les commerçants ambulants demandent au ministère du Commerce de résoudre ces problèmes  et  de leur donner les documents requis pour leur travail.

Emmanuel Bukuru (stagiaire)

Ouvrir