Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COOPERATIVE SANGWE> Au quartier Mirango II

Une cohésion sociale est importante pour la réussite

 

oliLa population de Kamenge, dans la localité de Mirango II répond à l’appel du gouvernement de se regrouper au sein des coopératives. C’est la coopérative Sangwe qui est présente à travers dans tout le pays et qui aide les populations désœuvrées à entreprendre des projets de développement dans leurs localités. Les fonds déjà rassemblés sont autour d’un million trois cent mille (1 300.000 FBu). Un entretien avec Olivier Nkurunziza, le chef de la coopérative sangwe Mirango 2 «Cosami» nous en dit plus. 

 

Le quartier Mirango II est situé dans la zone Kamenge, en commune urbaine de Ntahangwa. Le chef de cette coopérative nous dit que le développement est une compétition, et qu’on est censé avancer ensemble. C’est pour cela que la population de Mirango II a décidé de se mettre sur la ligne des autres depuis le mois de février de cette année. « On a commencé en premier lieu par la sensibilisation de toute la population. Pour ceux qui pensent que c’est une coopérative des membres du CNDD-FDD, ils se trompent car une coopérative rassemble tout le monde et les projets de développement touchent tout le quartier ».Le quartier Mirango II compte dix cellules, avec deux cents  membres dans la coopérative. «  On a donné une cotisation initiale pour alimenter notre caisse. C’est une somme de 20 000 FBu par membre. Un des projets en cours est le commerce. Ainsi, un kiosque de commerce des produits alimentaire de base va bientôt ouvrir. Quant aux bénéfices tirés par la population de la localité, M.Nkurunziza dit que cette coopérative aidera les gens à acheter à des prix normaux par rapport à d’autres marchés. « Nous espérons que le projet portera de bons fruits car la population s’est donnée corps et âme pour commencer ladite coopérative». Une cohésion du groupe se fait déjà sentir dans leur coopérative.Les fonds déjà rassemblés sont autour d’un million trois cent FBu dont une partie a été utilisée pour la recherche des documents pour l’agrément de la coopérative. Présentement, un kiosque est en train d’être installé pour commencer le projet de commerce.  L’organisation est claire. La coopérative est encore jeune mais la population est prête à commencer les projets. On organise continuellement des formations de renforcement de capacité pour que les gens comprennent ce qu’ils vont entamer. Cela a été une tache importante mais qui a réussi car les fonds initiaux de vingt mille FBu parviennent petit à petit aux responsables de la coopérative. 

Blandine Niyongere

Ouvrir