Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

HYGIENE> Difficultés liées à la collecte des immondices dans la zone Cibitoke

A force combinée, il y a moyen d’en sortir

 

DAVID1Dans un entretien accordé à la rédaction du quotidien d’informations «Le Renouveau du Burundi», le mercredi 6 septembre 2019, le coordinateur  des activités au sein de la société chargée de collecter les immondices dans la zone urbaine de Cibitoke  «Dido general company », David Ntunzwenimana, a fait savoir que dans ses activités ladite société est confrontées à des difficultés variées, qu’ il s’avère urgent de surmonter.  

 

Selon M. Ntunzwenimana, la population n’a pas bien participé à la contribution des moyens grâce auxquelles la société payait aux Services techniques municipaux (Setemu) les frais d’aménagement du dépotoir de Buterere. Il a ajouté qu’actuellement, le dépotoir de Buterere n’est  plus en mesure d’assurer le stockage des immondices car ces dernières constituent une masse montagneuse qui empêche les camions transporteurs d’immondices d’y accéder pour décharger. Il a fait remarquer que les camions qui cherchent à s’y rendre sont, non seulement confrontés aux difficultés de ne pas y arriver, mais aussi de se retrouver embourbés aux alentours du dépotoir dont la praticabilité est douteuse.  M. Ntunzwenimana a indiqué que l’aménagement de ce dépotoir exige des moyens financiers importants.
Des solutions sont proposéesM. Ntunzwenimana trouve que la force de tout un chacun qui devait se manifester dans la collaboration entre l’administration, la population et la société n’a pas été suffisamment impliquée en vue de relever ce défi. Alors que l’hygiène préoccupe l’autorité municipale, suite à la menace du choléra, M. Ntunzwenimana a jugé urgent l’aménagement du dépotoir. Mais pour lui ce problème n’aurai pas été résolu pour ça car, si vaste que le dépotoir soit, il sera toujours dépassé par l’entassement d’immondices car la capitale ne cesse de s’étendre. La solution durable serait de trouver une voie de sortie comme la transformation des immondices en charbon ou en engrais minéral», a-t-il expliqué. Il a ajouté que le recours à cette transformation aura un double intérêt: la diminution de la quantité d’immondices qui se verse sur le dépotoir et la création d’emploi. Il a profité de l’occasion pour appeler l’administration et la population d’user d’habileté et de sagesse pour trouver une solution durable.

Fiacre Nimbona (stagiaire)

Ouvrir