Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MAKAMBA>Ministère de la Jeunesse, des postes et des technologies de l’information

Lancement officiel du projet « Bumenyi »

 

DSC05697La ministre de la Jeunesse, des postes et des technologies de l’information, Evelyne Butoyi, a lancé officiellement le projet « Bumenyi»,  le lundi 7 octobre 2019, en province de Makamba. A cette occasion, elle a ouvert les travaux de formation et de renforcement des capacités des animateurs provinciaux sur l’utilisation des réseaux sociaux de façon responsable.  

 

A l’occasion du lancement officiel du projet « Bumenyi », et de l’ouverture de la formation organisée à l’intention de deux animateurs de chacune des 18 provinces du Burundi, la ministre Evelyne Butoyi a remercié le gouvernement du Burundi et le chef de l’Etat Pierre Nkurunziza pour l’engagement de soutenir le secteur des technologies de l’information et de la communication au Burundi. La ministre Butoyi a dit que le projet «Bumenyi » vient au moment où la rapidité de l’évolution des TIC a engendré une progression notable des applications du web social, des médias sociaux numériques en général et des réseaux sociaux en particulier, incontournable dans la vie sociale et même professionnelle. « Ce projet est une opportunité qui nous est offerte pour éveiller notre sens de responsabilité à l’utilisation des réseaux sociaux, et une occasion de sensibiliser les citoyens à se rendre compte des opportunités de développement individuel, d’innovation et de création d’emploi que ces derniers présentent, contribuant ainsi au renforcement de leur communication sociale», a dit Mme Butoyi. 
 

Le projet va toucher un grand nombre d’administratifs et de jeunes

L’objectif du projet « Bumenyi » qui vient d’être lancé est de renforcer les capacités des administratifs à la base et des jeunes dans tout le pays sur l’utilisation des réseaux sociaux de façon responsable. Les bénéficiaires vont apprendre l’utilisation et l’impact des réseaux sociaux comme outil de communication et de développement, l’analyse et la gestion des informations véhiculées sur les réseaux sociaux ; le respect de la vie privée et des lois en vigueur dans le pays. Mme Butoyi dit que l’utilisation des réseaux sociaux numériques par la population constitue un véritable phénomène social qu’on ne peut pas non seulement ignorer mais aussi impérieusement prendre en compte pour s’en servir comme outil de développement. C’est donc dans ce contexte d’apprentissage autour des compétences numériques que le ministère a organisé ces assises en collaboration avec le Fonds de service universel. « Nous avons jugé utile que les administratifs à la base et les jeunes soient sensibilisés pour connaître et tirer profit des bienfaits des réseaux sociaux, mais également soient informés des conséquences néfastes de l’irresponsabilité dans l’utilisation de ces outils indispensables pour le développement social et personnel», dit-elle. La révolution numérique du 21e siècle qui n’épargne nullement la jeunesse constitue une préoccupation. Cela étant, la contribution des TIC à l’encadrement de la jeunesse est prise en compte dans la politique nationale de développement des TIC et la politique nationale pour la jeunesse et insiste qu’il serait profitable pour les jeunes à apprendre l’utilisation des TIC. Les administratifs à la base  qui bénéficient de cette formation de cinq jours vont  à leur tour former et sensibiliser les autres administratifs de leurs provinces et dix mille jeunes sur tout le territoire. Les réseaux sociaux contribuent dans l’utilisation  des nouvelles technologies de l’information et de la communication et dans le développement socio économique du pays. La ministre Butoyi rappelle ainsi que son ministère est constamment disponible pour la réussite de ce projet qu’il a initié en vue de promouvoir le bon usage des technologies de l’information et de la communication dans tous les secteurs de la vie courante et d’encadrer la jeunesse burundaise. 

Alfred Nimbona

Ouvrir