Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MSPLS> Atelier média sur la santé mentale

Informer et sensibiliser les journalistes

 

DSC06762Le ministère de la Santé publique et de la lutte contre le Sida (MSPLS), à travers le Pogramme national intégré de lutte contre les maladies chroniques non transmissibles, a organisé un atelier média sur la santé mentale, le mardi 8 octobre 2019 à Bujumbura.  Le but de l’atelier était d’informer et sensibiliser les journalistes sur la santé mentale. 

 

Cet atelier a été organisé dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la santé mentale qui aura lieu le jeudi 10 octobre 2019 au centre neuropsychiatrique de Kamenge. Dans son discours d’ouverture de l’atelier, le secrétaire permanent au MSPLS, Jean Baptiste Nzorironkankuze a indiqué que cette journée sera célébrée sous le thème : « La prévention du suicide ». Le suicide est un phénomène mondial qu’aucune région, ni aucune tranche d’âge n’est épargnée. Dr.Nzorironkankuze a fait remarquer que, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), chaque année, près de huit cents  mille (800 000) personnes mettent fin à leurs vies. Selon  l’enquête réalisée dans les provinces de Ngozi, dans la municipalité de Bujumbura, Gitega et Rumonge, 6,4% de la population ont déclaré avoir pensé au suicide au moins une fois dans leurs vies.Le secrétaire permanent au MSPLS a indiqué que les facteurs qui sont liés au suicide sont notamment les troubles mentaux, abus de substances psycho actives, les maladies chroniques, le manque de soutien social et un sentiment d’isolement, etc. Toutefois, les suicides sont évitables en menant des stratégies d’intervention au niveau de la population et au niveau individuel, a-t-il dit. Dans une interview qu’il a accordée à  la presse, Dr. Nzorironkankuze a fait savoir qu’il s’est fait remarquer que les maladies mentales constituent un problème de santé publique dans le pays. C’est pour cette raison que des mesures ont été prises pour la prévention et le traitement de ces maladies. Les centres de prise en charge de ces maladies ont été augmentés dans tout le pays, a dit Dr.Nzorironkankuze. Notre objectif est que les soins de santé mentale soient intégrés au niveau des soins de santé primaire dans le pays pour que les prestataires  puissent prendre en charge ces pathologies mentales, a-t-il ajouté. 

Martin Karabagega

Ouvrir